Etats-Unis : accusé de viol, le prêtre haïtien Jean Claude Phillipe risque 15 ans de prison

Etats-Unis : accusé de viol, le prêtre haïtien Jean Claude Phillipe risque 15 ans de prison

Jean Claude Phillipe, 66 ans, un prêtre haïtien, qui officie à l’église catholique Sacred Heart de Homestead, Miami, a été accusé de viol sur l’une de ses fidèles. Arrêté en octobre 2021 par les forces de l’ordre américaines, le prêtre encourt une peine allant jusqu’à 15 ans d’emprisonnement.

D’après les déclarations de la plaignante, le prêtre Phillipe aurait commis l’agression dans sa demeure après l’avoir endormie grâce à une boisson qui ressemblait à du thé.
« Au cours du procès qui a duré une semaine en octobre, la femme a déclaré que Philippe était devenu comme un membre de sa famille, servant notamment de parrain pour elle et deux de ses enfants. Il avait également passé des vacances avec la famille. Mais en octobre 2018, il l’a invitée chez lui, où il lui a donné une boisson ressemblant à du thé. Elle s’est évanouie et s’est réveillée entièrement nue dans sa chambre », rapporte le média américain, Le Floridien.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

D’un autre côté, le prêtre Phillipe s’est lui-même défendu. Il reconnait avoir, en effet, invité la paroissienne dans sa demeure, lui avoir fait un massage huilé alorsqu’elle était complètement nue. Toutefois, il ne l’a jamais « pénétré », ce qui vient contrecarrer le discours de la paroissienne.

Il n’est pas rare les cas d’agression au sein des églises catholiques. D’ailleurs, les victimes sont souvent contraintes au silence. Ce qui s’est également produit dans ce cas-ci lorsque la victime a été voir un autre prêtre Silverio Rueda. Toujours selon Le Floridien, ce dernier lui a intimé l’ordre « de se taire ». Ce qui a placé l’église catholique Sacred Heart de Homestead dans une position sensible.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    20 janvier 2022, 21:06

    Il faut condamner les agissements du pretre. Mais, le contraire est tout aussi vrai, une femme digne de son nom eviterait de se trouver dans certaines situations avec un homme, peu importe un pretre. Anpil nan yo antre nan pe pou afe pa bon, mais ce n’est pas par vocation. Ils ne se differencient pas des politiciens vereux et en quete de lamanjay.

    La logique de confiance ne s’adapte pas. Ici, il ne s’agit pas de Dadou Jean Bart et les fillettes. Mais plutot, d’une femne, elle devait etre sous ses gardes. Tel n’etait pas le cas. Et des le depart, le pretre savait qu’il allait perdre son "je crois en Dieu," mais sans tenir compte des consequences.

    Le pretre Jean Claude Philippe n’a pas le courage de son college de Mirebalais qui preferait oter sa vie, au lieu de cette avanie.

    OQHI

    REPLY