Guerre des gangs et Kidnapping : le public veut connaître la formule de la réussite de Sumfest

Guerre des gangs et Kidnapping : le public veut connaître la formule de la réussite de Sumfest

Depuis quelques temps, le pays est en proie à la violence. Plusieurs activités socio-culturelles, organisées à Port-au-Prince, ont été reportées ou suspendues par contrainte. Cependant, un seul événement a pu être réalisé : Sumfest, qui a réussi là où plusieurs autres activités ont échoué.

Avec une pléiade d’artistes très prisés à l’affiche, la route nord était l’attraction de la journée du 31 juillet pour des milliers de fans de musique de toutes tendances confondues. Une journée qui s’était déroulée sans le moindre incident. Ce qui soulève beaucoup de questions sur la formule utilisée par l’équipe de Sumfest pour réussir un tel exploit en pleine guerre des gangs et de kidnapping.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Plus d’un analysent la nature profonde de la réalisation de Sumfest et essaient de comprendre la trêve observée par les gangs au moment de l’événement.

En effet, des promoteurs ont multiplié les initiatives pour tenter d’organiser des programmes en vue de relancer les activités culturelles du pays, et ont même fait venir des artistes étrangers, mais à chaque fois, sous la pression des menaces de gang et d’attaques ciblées, les efforts ont été vains. De l’artiste franco-congolais, Dadju, au chanteur nigérian, Ckay, les programmes qui n’ont pas été réalisés sont nombreux.

Des internautes et certains chanteurs de l’industrie musicale haïtienne évoquent même des liens entres les organisateurs du festival Sumfest et des différents groupes armés opérant dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et d’autres communes limitrophes. Certains ont même fait savoir que les gangs ont été soudoyés pour faire échec à la réalisation de plusieurs autres activités festives avant l’organisation de Sumfest.

Sous couvert d’anonymat, certains organisateurs d’autres programmes ont confié au journal qu’ils ont reçu plusieurs appels téléphoniques anonymes leur proférant des menaces. C’est le cas pour les organisateurs du concert du chanteur nigérian Ckay, qui ont annoncé son report peu avant le coup d’envoi de l’événement.

Par ailleurs, le concert de Dadju a été interrompu à deux reprises à cause d’usages de gaz lacrymogènes par des individus non identifiés, alors que ce programme était l’un des événements les plus envieux de cet été. D’autres bals et activités festives ont été complètement annulés en raison des menaces constantes qui planent sur la tête des organisateurs mais également sur les artistes qui devaient se produire.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

2 Commentaires

  • Antoine Langomier
    3 août 2022, 19:18

    Pa gen anyen pou n paka konprann. Depi chef "Bandi Legal" la t ap patisipe se nomal pou Sumfest byen pase. Ayiti gen pou l Libere yon jou kont tout "Bandi Legal" yo. Pa gen manti nan sa. Se domaj, yo manje fiyel Jovenel Moise tou kri, li pa pwezan pou l aprann leson yo. Alaremo’.

    REPLY
  • Chrisnor Nazaire
    11 août 2022, 16:22

    La justice ta sipoze entèwoje nèg yo pou konnen ki akò ki pase e eseye konprann kèk bagay.

    REPLY