Guerre en Ukraine : Des cas de racisme enregistrés à la frontière polonaise

Guerre en Ukraine : Des cas de racisme enregistrés à la frontière polonaise

Des Africains fuyant la guerre en Ukraine ont été refoulés à la frontière polonaise. Ils déclarent sur les réseaux sociaux que leur couleur de peau est à la base de cette décision. Kiev et Varsovie démentent ces cas de discrimination.

Comme des dizaines de milliers de civils ukrainiens, des africains qui vivaient en Ukraine ont marché à pied et ont attendu des heures dans le froid sur la route de Medyka en Pologne. Mais au moment de laisser le territoire, de gardes-frontières ukrainiens, les ont intimé l’ordre de rebrousser chemin, rapportent plusieurs d’entre eux.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

S’ils sont nombreux à affirmer être victimes de cette situation, un responsable des gardes-frontières ukrainiens a démenti ces informations en insistant qu’il n’y avait aucune nationalité favorisée plus qu’une autre pour passer la frontière. Il rappelle que la principale restriction de sortie du territoire concerne pour l’instant les hommes de nationalité ukrainienne âgés de 18 à 60 ans, qui sont mobilisés pour défendre le pays.

De son côté Varsovie a fermement démenti toute discrimination. Dans un communiqué, les responsables polonais confirment qu’aucun visa n’était requis, que les cartes d’identité ou passeports, même périmés, étaient acceptés.

Selon des observateurs, si ces discriminations sont avérées, elles pourraient impacter sur le grand élan de solidarité affiché par les pays de l’Union européenne à l’Ukraine dans cette guerre éclatée il y a de cela 5 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *