Haïti-Coronavirus : entre confinement partiel et adaptation, les artistes évangéliques frappés de plein fouet

Haïti-Coronavirus : entre confinement partiel et adaptation, les artistes évangéliques frappés de plein fouet

L’augmentation incessante des cas de contamination au coronavirus continue d’inquiéter le monde. Dans tous les secteurs, on dénombre des victimes. En Haïti, les artistes évangéliques subissent les effets des mesures prises en vue de limiter la propagation de la maladie. Concerts, projets en studio, prestations, ventes-signatures, tout ou presque est à l’arrêt. Déjà, les impacts socio-économiques négatifs s’annoncent grands.

La vie musicale grandement frappée

Beaucoup de projets et d’événements en préparation ont du être annulés à cause du Covid-19. Jean Daniel Valentin, pianiste et maestro très connu du milieu, a reporté la vente-signature de l’album de son groupe “Holly Music”. De plus, plusieurs de ses projets en studio sont suspendus. Les rassemblements de plus de dix personnes étant interdits, Maestro Valentin ne peut plus réunir ses choristes, comme à l’accoutumée.

De son coté, Wiliadel Denervil, une des meilleures voix féminines du milieu évangélique, a été contrainte d’annuler plusieurs prestations en Haïti et à l’extérieur, dont un spectacle à Punta Cana en République dominicaine, initialement programmé pour le 28 mars 2020. La sortie de son premier album, prévue cette année, est déjà dans l’impasse. “Coronavirus est incontrôlable, on ne peut rien annoncer sans un minimum de certitude. On essaie de travailler à distance, revoir les textes, et on attend”, affirme l’interprète de “Li kapab”.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Propriétaire de Schenatsar Ecole de Musique et copropriétaire de World Media Studios (WOM Studios), Christ La Nicolas Cemé dit Nicky Christ voit lui aussi toutes ses activités basculées d’un coup. “Tout a ralenti à WOM studios, Schenatsar ne fonctionne pas”, regrette le compositeur de “Gran timoun”, qui ne pourra plus profiter de son jour d’anniversaire en juillet prochain pour sortir son 3e album. Les différents événements auxquels il devait prendre part ont été également annulés, face à la menace du Covid-19.

Des conséquences difficiles à accepter

La crise mondiale provoquée par le Covid-19 entraine de lourdes conséquences sur le plan socio-économique. Des professionnels de la musique ressentent déjà l’impact. “Si la crise persiste pendant plusieurs mois, je serai durement frappé”, prévient Maestro Valentin, qui, malgré sa formation d’ingénieur civil, vit en grande partie de ce que lui rapporte ses activités musicales. “Les impacts sont imprévisibles. On ne peut pas les évaluer maintenant, on ne sait combien de temps va durer cette crise. De toute façon, il y aura des pertes à déplorer”, croit Mme Denervil, qui, pour sa part, continue ses autres activités professionnelles en télétravail. Pour Nicky-Christ, la réalité n’est pas différente. Ce qu’il gagne de la musique a beaucoup baissé, et il redoute des conséquences plus graves dans les prochains mois.

A coté des impacts économiques, les artistes digèrent mal la distance avec leur public. Le contact humain étant favorable à la propagation du virus à l’heure de la pandémie, il devient nécessaire de pratiquer la distanciation physique (sociale). Pourtant, les artistes apprécient les gens, aiment les côtoyer. “Mes choristes m’apprécient beaucoup. Quand on se rencontre à travers les rues, c’est beaucoup de chaleur”, rappelle le pianiste de Holly Music, du haut de ses 15 années d’expérience. 

C’est pareil pour Maestro Nicky, se présentant comme un passionné de la scène. “J’aime performer, la distance me fait beaucoup de mal”, a commenté l’artiste. Il profite des possibilités offertes par les réseaux sociaux pour inciter ses étudiants en musique à participer à la sensibilisation à travers des vidéos. Pour pallier ce problème, Wiliadel Denervil, de son coté, essaie de maintenir le contact avec ses fans via les réseaux sociaux, surtout en les sensibilisant au respect des mesures d’hygiène.

Quoiqu’il en soit, le coronavirus laissera un lourd bilan. Les professionnels de la musique, frappés de plein fouet, espèrent se relever après cette catastrophe sanitaire. Ils tentent de développer de nouvelle façon de vivre, en attendant que tout revienne comme avant. On peut déjà anticiper le niveau de joie qui envahira les cœurs au premier jour de spectacle, après le passage de la maladie. Haïti déplore déjà des pertes en vies humaines, le respect des principes d’hygiène est de mise.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *