Insécurité : Jovenel Moïse promet de combattre le kidnapping jusqu’à son éradication

Insécurité : Jovenel Moïse promet de combattre le kidnapping jusqu’à son éradication

L’insécurité continue de susciter la peur chez les citoyens. Pas un jour ne passe sans enregistrer au moins un cas d’enlèvement dans la capitale ou dans d’autres régions. Lors de son intervention sur sa page Facebook, ce lundi, baptisée “Yon ti kozri ak pèp la”, le chef de l’Etat qui dit constater l’augmentation des cas de kidnapping, promet de résoudre ce problème en traquant les malfrats ainsi que les instigateurs de cette pratique criminelle.

« Nous menons une bataille SPS (san pran souf) contre ce phénomène », a martelé Jovenel Moïse, mettant en garde les ravisseurs ainsi que ceux et celles qui alimentent ce phénomène.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« À ceux et celles qui utilisent le kidnapping à des fins politiques, déstabilisatrices, la justice vous traquera », a poursuivi le locataire du palais national.

En effet, Jovenel Moise croit savoir qu’il y aurait une main politique derrière l’augmentation des cas d’enlèvement dans le pays.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Dès qu’on parle d’élections, il y toujours un moyen pour boycotter la mise en branle de la machine électorale », a souligné Jovenel Moïse qui pointe du doigt ses adversaires politiques.

En effet, selon lui, le kidnapping serait une manœuvre politicienne afin d’empêcher les citoyens de remplir leur devoir civique.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    1 février 2021, 23:20

    "Qui croyait que notre pays arriverait à ce stade si bouleversé. Nan peyi sa a, chak moun fè sa yo vle. Pèson paka di "ola." L’État est absent face à toutes ces violences qui sévissent dans le pays. ANARCHIE." Pasteur Grégory Toussaint ( 30/1/2021)

    À quelques jours de la FIN de son mandat constitutionnel, Jovenel Moise ne sait pas à quel saint se vouer. Un certain JB Aristide qui avait une certaine popularité au sein des "Analfabèt pa bèt" ne pouvait pas venir à bout des Gnbistes. Je ne vois pas comment un président SANS AUCUNE ASSISE POPULAIRE pourrait garder le pouvoir au terme de son mandat comme par enchantement. C’est méconnaître l’histoire du pays, et surtout dans sa version la plus récente. À la file indienne Prosper Avril, Jean Bertrand Aristide, René Preval (avec son Jude Célestin) et Michel Joseph Martelly (yo te pase bwa anba dada l). Proximo.

    Sans une certaine Assise Populaire, une poignée d’Oligarque/Contrebandiers, quelques Mercenaires des classes moyennes intermédiaires (de la trempe des Riché… et Doré) et le "Core Group" ne peuvent pas aider un président à se maintenir au pouvoir contre la volonté de la Majorité de la "Nation."

    Le président est en train de payer les Conséquences de ses Inconséquences. En lieu et place de la "Caravane du Changement" et les Œufs vides (Énergie, Environnement… et Éducation) d’un certain Martelly, la "Transition de Rupture" (Boite de Pandore) frappe à la porte.

    Il est évident, comme un Patriote, je ne peux pas vomir un associé du Système raciste et antinational pour embrasser des partis politiques Sans Aucun Projet de Société à l’instar du PHTK. Une opposition (Bric-à-Brac) qui s’associe à d’autres clans de l’Oligarchie ne pourra pas réussir là où les deux versions du PHTK ont échoué. Punto de Barra.

    L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY