« Jovenel Moïse ne veut pas imposer une constitution au pays », précise Patrick Crispin

« Jovenel Moïse ne veut pas imposer une constitution au pays », précise Patrick Crispin

A deux mois et quelques jours de la date du 27 juin retenue pour l’organisation du référendum constitutionnel, l’exécutif n’entend pas faire marche arrière. Malgré les voix discordantes qui émettent des réserves ou expriment des désaccords vis-à-vis du processus, le président Jovenel Moïse, de son côté, avance dans sa démarche et continue de tendre la main à ses opposants.

La situation actuelle du pays est très préoccupante. L’exécutif l’admet. Un dénouement à la crise qui prévaut dans le pays doit passer par un dialogue, selon les précisions de Patrick Crispin, conseiller politique du président. « Dialoguer, ce n’est pas imposer une position. Nous pouvons aboutir à des concessions », a expliqué M. Crispin, avançant que le dialogue met en avant les intérêts du pays.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Un gouvernement inclusif, d’union nationale, sera mis sur pied à la faveur du dialogue. De nouveaux ministres et des directeurs généraux seront en poste pour adresser les problèmes du pays et poursuivre le processus, selon M. Crispin, qui n’écarte pas la possibilité d’un deuxième report de trente jours au plus pour l’organisation du référendum constitutionnel. Si les acteurs refusent de dialoguer, la situation se compliquera et le président Moïse devra trouver une entente, a-t-il prévenu.

Réagissant sur la dernière sortie du président du PHTK, Liné Baltazar, concernant l’impossibilité de réaliser le référendum en juin prochain, Patrick Crispin croit que c’est une preuve que la démocratie avance en Haïti. Aux dires du conseiller, les différentes remarques et les positions exprimées sont notées au niveau du pouvoir. Il a donc invité tous les acteurs de la vie nationale à s’exprimer sur le document afin que leurs recommandations soient prises en compte au niveau de la synthèse. « Tous les citoyens haïtiens doivent prendre connaissance du contenu du texte », pense Patrick Crispin.

Face à l’insécurité qui fait rage dans le pays depuis quelques temps, Patrick Crispin a informé que les autorités concernées sont à pied d’œuvre afin de contrer les actions des bandits. « J’invite les entrepreneurs et les ouvriers du kidnapping à changer de métier. Sinon, vous serez stoppés », a menacé le conseiller du président, qui admet qu’un climat sécuritaire est nécessaire pour la réalisation du référendum et des élections présidentielles, législatives, municipales et locales.

1 comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    23 avril 2021, 15:51

    Le phtkiste Patrick Crispin reste conséquent avec lui-même. Le Bateau est en feu, malgré tout, il ne décide pas de se jeter à la mer. Contrairement à un certain Jean Hector Anacasis qui fait déjà des signes de détresse. Des deux côtés, cela se comprend!

    D’un autre côté, le phtkiste Crispin veut faire passer tous les Haïtien.nes pour des canards sauvages. Non, le carriériste Crispin, la position de M. Liné Balthazar (président du PHTK) sur le référendum, ce n’est pas la preuve que le démocratie avance en Haïti!!!!!!!!!!

    Au contraire, loin de parler des Gangs et des Contrebandiers (oligarques politiques) qui prennent le pays en otage, la sortie de M. Balthazar vient renforcer le camp du Refus. Les Haïtien.nes qui sont Contre le référendum croupion (crédit à Ericq Pierre) trouve un allié de taille au sein même du PHTK.

    Cette fois-ci, le Dialogue pour la Séparation du Gâteau en dehors des yeux de la population n’aura pas lieu. Trop préoccupé par ses acquis pour son demain à la Paul (Evans ou Denis), le jusqu’au-boutiste Crispin n’a pas le temps de bien cerner la situation. Le pays avance à grands pas vers la théorie des dominos. Le référendum croupion est déjà voué à l’échec. Et Jovenel (ki pap janm Moise nan lavi l!) ne pourra pas organiser les élections à la Preval pour le maintien du PHTK au pouvoir.

    Le PHTK est sur le point de connaître le sort de Lavalas. Yo di se nan samdi pou yon moun wè dimanch li, dans ce cas, place à d’autres fils et filles de putes pour l’édification du "shithole." Il n’existe pas de génération spontanée, dit-on. Vérité de La Palice!

    REPLY