Joverlain Moïse: L’arrestation de Mario Antonio Palacios est une excellente nouvelle

Joverlain Moïse: L’arrestation de Mario Antonio Palacios est une excellente nouvelle

Joverlain Moïse, le fils aîné du feu président Jovenel Moïse, qui se porte partie civile dans l’enquête sur l’assassinat de son père, a réagi, ce jeudi 6 janvier 2022, au micro de Radio Télé Métropole sur l’arrestation de M. Palacios à Panama par les forces de l’ordre américaines. Pour lui, C’est une excellente nouvelle.

L’extradition de Mario Antonio Palacios vers Haïti a été refusée par les autorités jamaïcaines, faute de preuves. En transit à Panama, ce dernier a été arrêté par les autorités américaines. Une nouvelle réjouissante pour fils aîné du feu président, qui parle d’un pas dans la bonne direction.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Palacios est aux Etats-Unis, il ne peut maintenant prétexter sur sa sécurité pour ne pas donner la meilleure version des faits. L’arrestation de M. Palacios Etats-Unis est une opportunité qui nous est offerte dans notre quête de justice », a t-il indiqué.

Joverlain Moïse dit vouloir avoir accès à l’information. Le document qui est disponible révèle que de nombreuses informations sont entre les mains des autorités américaines.

« On parle de documents électroniques, des photos etc. Mes avocats sont en train de travailler sur le cas pour voir justement comment on va procéder légalement pour faire une demande afin d’avoir accès à l’information pour être présent à la table », a-t-il fait savoir.

Au nom de l’entraide judiciaire, il dit espérer que les informations seront communiquées au juge qui instruit le dossier en Haïti.

« Ce 7 janvier marque 6 mois depuis que mon père, l’ancien président d’Haïti, a été assassiné. Les Colombiens qui sont arrêtés en Haïti ne sont toujours pas auditionnés. C’est quand même une blague. Ils sont les témoins des événements. Le juge n’a pas encore accès aux informations dont ils disposent. C’est pour cela qu’on est estime que l’arrestation de M. Palacios c’est un atout. Il va falloir trouver la bonne formule pour bénéficier de cette arrestation », a dit Joverlain Moïse, inquiet de la libération des quatre policiers par le juge instructeur Gary Orélien.

Il a fait savoir que ses avocats sont en train de travailler sur une correspondance pour demander au magistrat instructeur de justifier les raisons pour lesquelles il a libéré les policiers. « Nous avons le droit d’être informés des décisions du juge », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *