La CFHCI monte au créneau et dénonce la montée de l’insécurité

La CFHCI monte au créneau et dénonce la montée de l’insécurité

Dans une note parue ce 4 mai 2022, la Chambre Franco-haïtienne de Commerce et d’industrie (CFHCI) a exprimé sa préoccupation par rapport à l’insécurité exacerbée par les cas d’enlèvement à répétition qui gangrènent le pays. Situation, précise-t-elle, qui hypothèque les investissements et les emplois des citoyens.

La chambre souligne que cette lutte acharnée que se livrent les bandes armées pour le contrôle de territoire, au niveau notamment de Martissant, Cité Soleil et dans la Plaine du cul-de-sac portant atteinte à l’intégrité des vies et des biens de paisibles résidents.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

En outre, la situation de tension qui règne depuis une semaine, « dans les zones de Damien, Drouillard, Croix-des Missions, Butte Boyer, Clercine, Santo, met en péril les employés, les emplois et les investissements importants des entreprises industrielles et commerciales, membres et affiliées de la CFHCI », soutient la chambre.

« Cette situation est d’autant plus préoccupante pour deux de nos membres : la Société du Rhum
Barbancourt S.A et Les Aliments Congelés S.A., ces derniers déplorent l’absence totale des autorités
policières. Ces entreprises sont pourvoyeuses de près de 700 emplois directs et d’environ 3500 emplois indirects. Par ailleurs, c’est un réseau de plus de 3,000 planteurs de canne-à-sucre de la plaine du Cul-
de-sac et de ses environs qui se retrouvent incapables d’approvisionner leur principal client qu’est la Société du Rhum Barbancourt S.A, une entreprise désormais figurant au « patrimoine national », alerte la CFHCI.

Cette structure présidée par Gregory Brandt demande aux autorités étatiques de sortir de leur profonde léthargie, afin de prendre des dispositions pour ramener la paix dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *