La DINEPA une institution qui bouge

La DINEPA une institution qui bouge

La Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) a été créée en 2009, avec pour mission principale de réguler le secteur de l’eau potable et de l’assainissement dans la perspective de son développement. Organisme d’État Autonome à caractère administratif, la DINEPA, conformément à sa mission, exécute la politique de l’État haïtien dans le secteur Eau potable et Assainissement (EPA) en articulant ses actions autour de trois axes : le développement du secteur EPA au niveau national, la régulation du secteur EPA, la gestion du secteur.

Onze ans après sa création par la loi du 25 mars 2009, la DINEPA s’est affirmée en tant qu’instance centrale de régulation, présente dans les différents départements du pays à partir de ses structures déconcentrées, notamment les Offices Régionaux d’Eau Potable etd’Assainissement (OREPA Ouest, Nord, Sud et Centre), les Centres techniquesd’Exploitation(CTE)), les Techniciens en Eau Potable et en Assainissement en milieu Communal

(TEPAC) et les Comités d’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (CAEPA), sans oublier les Opérateurs professionnels.

« Organisation et Méthode » de travail tournés autour d’un plan de redressementdatant de Juin 2017
Une présence renforcée depuis le 5 avril 2017 et ayant comme boussole rectrice et stratégique le document intitulé « Vers le Renforcement des Structures Déconcentrées de la DINEPA (4 OREPA) » de 66 pages, soumis à l’appréciation de la Présidence de la République d’Haïti en juin 2017, en harmonie et adéquation avec une politique articulée autour de cinq (5) piliers : (1) la gestion basée sur les résultats, (2) l’incitation à la performance ; (3) l’insertionsocioprofessionnelle des jeunes et l’équité de genre ; (4) la reddition des comptes, et finalement (5) l’accès universel et progressif aux services EPA.

Une présence nationale soutenue

Aujourd’hui, il n’y a pas une seule localité du territoire national, dans les zones rurales comme dans les zones urbaines, où l’on ne trouve au moins un kiosque d’eau traitée ou une pompe à bras (PMH) de la DINEPA. Des pompes à bras qui sont en train d’être transformées en pompesà énergie solaire, dans le cadre des projets gouvernementaux. Ces résultats sont, bien- sûr, lefruit des efforts de l’Etat haïtien, particulièrement de l’Administration MOISE-JOUTHE, mais aussi le fruit de l’accompagnement des principaux partenaires techniques et financiers, comme la BID, la Banque Mondiale, la Coopération Espagnole, la Coopération Suisse, l’USAID et l’UNICEF, qui financent à plus de 95% les frais d’opération de l’institution et l’ensemble des projets mis en œuvre par le gouvernement haïtien dans le secteur EPA.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Connexion domiciliaire en milieu rural

Toujours de nouveaux chantiers

Durant les deux premiers mois de l’année 2021, c’est plus d’une dizaine de mégas projets quiont été inaugurés. Les infrastructures hydrauliques de Tabarre 68, le réservoir d’une capacité de 2000 mètres cube à Vivy Mitchell, les huit (8) forages à la Croix-des-Bouquets et à Pernier reliés entre eux au moyen de la technologie du « forage horizontal dirigé ». Ces ouvragesréalisés dans le cadre des Travaux prioritaires de renforcement de la production d’eau dans larégion métropolitaine de Port-au-Prince doivent permettre l’augmentation de la desserte en eau de bon nombre d’agglomérations de la régionparticulièrement, Delmas, Route de Frères jusqu’au centre-ville de Pétion-Ville, Puits-Blain, Vivy Mitchell, Tabarre, Gérald bataille, pour ne citer que celles-là. Aujourd’hui, trois (3) contrats de travaux ayant trait avec la partie « réseau de distribution » pour ces agglomérations ont été signés avec des firmes nationales ; de même, dans les zones de Bolosse jusqu’à Mariani (Carrefour), 4 marchés de travauxd’augmentation de la production et de distribution ont été signés encore avec les firmes ou groupements de firmes locales. Tandis que, dans la ville du Cap-Haitien, sept (7) lots de marchés de travaux sont en analyse pour être attribués à des firmes locales ou groupement de firmes haïtiennes et étrangères. Est aussi en chantiers, avec environ 85% d’avancement, la Côte Sud de Port Salut jusqu’à Tiburon en passant par Roche-à-Bateau, Port-à-Piment et Les Anglais. Sans oublier de mentionner la mise en service des 240 panneaux solaires à la station de pompage de Vernet, aux Cayes.

Kiosque en milieu rural

Une gestion transparente

Les travaux sont généralement exécutés par des firmes étrangères et/ou nationales contractées dans le cadre d’un processus d’appel d’offres ouvert, indépendant et transparent. Une firme qui ne répond pas aux exigences techniques ne peut en aucun cas remporter le marché. Aucunedépense non plus ne peut être engagée sans l’avis de non objection du bailleur. Parce qu’à laDINEPA, la reddition des comptes est un principe sur lequel nul ne saurait transiger. « Les principes ne sont pas négociables ! », soutient le directeur général Guito ÉDOUARD.

Le sens de l’innovation

Certes tout n’est pas parfait. De nombreux efforts restent à faire afin que l’eau coule dans le robinet de chaque famille. Mais tel est l’objectif. Et pour y arriver, il faut non seulement beaucoup plus d’investissement financier dans le secteur mais il faut aussi de nouveaux choixen matière d’exploitation des ressources hydriques. Dans le cadre d’une démarche axée sur l’innovation et le souci de l’écologique, conformément à la vision du Président Jovenel MOÏSE prônant le recours aux énergies propres, la Direction Générale de la DINEPA s’est engagée avecle soutien des bailleurs comme la USAID et la BID à l’exploitation du solaire. Dans le mêmeordre d’idée, elle annonce, pour la fin du mois de juin 2021, le grand sommet de l’eau et de l’innovation qui doit se dérouler sous le thème : La DINEPA, vers l’exploitation des eauxde surface. Un Changement de paradigme pour un meilleur service !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *