La ministre à la Condition féminine exige que l’action publique soit mise en mouvement contre Dadou Jean-Bart

La ministre à la Condition féminine exige que l’action publique soit mise en mouvement contre Dadou Jean-Bart

De plus en plus de voix continuent de se prononcer sur les accusations de viols portées contre le président de la Fédération Haïtienne de Football (FHF), Yves Jean-Bart dit Dadou. Dans une note de presse datée du 4 mai 2020, la titulaire du ministère à la Condition féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), Marie Giselhaine Monpremier, demande aux autorités judiciaires compétentes en la matière de mettre l’action publique en mouvement contre Dadou Jean-Bart.

Le numéro un du MCFDF a souligné plusieurs textes de loi ratifiés par Haïti concernant les cas de viol. Au cas où le président de la FHF serait culpabilisé par la Justice haïtienne, il aura à passer le reste de sa vie en prison, selon la ministre Monpremier.

D’un autre coté, la ministre à la Condition féminine invite les parents des victimes à porter plainte contre le présumé auteur des actes de viol. “Le gouvernement accorde beaucoup d’attention à ce dossier. Tous les suivis seront assurés au regard de la loi”, a rassuré Mme Monpremier.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

“La titulaire du MCFDF encourage les citoyens à dénoncer les auteurs des actes de viol sur les femmes et les mineures. Elle les invite à s’engager dans la lutte visant à construire une société où la violence est bannie”, a conclu la note.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *