L’ANMH rend à l’avance Jovenel Moïse responsable de toutes formes de violence policière contre les journalistes

L’ANMH rend à l’avance Jovenel Moïse responsable de toutes formes de violence policière contre les journalistes

L’ANMH rend à l’avance Jovenel Moïse responsable de toutes formes de violence policière contre les journalistes

L’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) se dit scandalisée et préoccupée par les récentes déclarations du Président Jovenel Moïse dont sa présence à la tête de l’État au-delà du 7 Février 2021 fait l’objet d’une grande controverse.

La dernière déclaration de Monsieur Jovenel Moïse devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies le 22 février dernier, traduit l’état d’esprit du pouvoir en place quant au travail de la presse, a mentionné l’ANMH dans une note en date du 26 février rappelant que le Président a déclaré que des bandits se déguisent en Journalistes et en manifestants pour s’attaquer à la Police.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Ce faisant, Monsieur Jovenel Moïse, estime l’association, donne un blanc-seing à la Police qui est couverte à l’avance pour toute agression contre les journalistes dans l’exercice de leur fonction. L’ANMH, en ce sens, donne acte à Jovenel Moïse de sa déclaration devant la tribune des Nations-Unies et le rend à l’avance responsable de toute violence, de tout dérapage des forces de l’ordre qui viendrait contrarier la liberté de la presse garantie par la Constitution, la Charte des Nations Unies, la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et autres conventions ratifiées par notre Pays.

L’ANMH se réserve le droit de se porter partie civile contre l’État haïtien pour toute agression future contre les Journalistes, les Médias, la Presse en général qui doit pouvoir continuer à faire son travail d’informer la population sur toute question, sans entrave et dans la pleine jouissance des garanties constitutionnelles.

Quant aux policiers, ils doivent se rappeler qu’ils seront tenus personnellement responsables des agressions contre les journalistes devant les juridictions tant Haïtiennes qu’Internationales rappelle l’association des patrons de medias.

Au-delà du ciblage de la Presse, l’ANMH est également préoccupée par la détérioration du climat politique global avec des crimes abjects et des incursions illégales du pouvoir exécutif pour démanteler les autres pouvoirs et tenter d’imposer au pays une réalité de dictature.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *