Le fils du président Biden, bras financier des laboratoires biologiques en Ukraine

Le fils du président Biden, bras financier des laboratoires biologiques en Ukraine

Alors que le fils du président américain Joe Biden, Hunter Biden, peine à se remettre des accusations de corruption en 2020 dans des affaires douteuses dans le secteur gazier en Ukraine. Il est de nouveau épinglé dans un autre scandale beaucoup plus poignant.

Selon les dernières révélations mises à jour par le New-York Post, il serait le bras financier du laboratoire d’armes biologiques, découvert par la Russie en Ukraine au beau milieu des hostilités.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le quotidien américain New-York Post affirme que les affirmations russes, accusant le fils du président Joe Biden, Hunter, d’être le financement des laboratoires biologiques en Ukraine, sont véridiques.

Selon le New-York Post, ces informations pourraient ouvrir sur le plus grand scandale du siècle, obligeant à remettre en perspective tous les événements depuis le début de la crise russo-ukrainienne.

L’entreprise, soupçonnée dans l’investissement en armes biologiques, est Rosemont Seneca Technology Partners, dont le fond appartient en propre au fils du président. Celle-ci aurait investi 500 000 dollars, une somme qui paraît modique, dans Metabiota, une start-up de recherche de pathogènes. Le laboratoires d’armes biologiques en Ukraine portent des études sur 24 pathogènes.

La Russie a indiqué que le nombre de laboratoires mis en place par Hunter Biden, avec l’aide de l’Agence américaine pour le Développement International, la Fondation Georges Soros et le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), serait de 30 unités de recherche sur 14 sites en Ukraine.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    27 mars 2022, 00:42

    Nou ta vle kwe se konsa La Russie rete li anvayi Ukraine. Li pa vle timaleng vin tounen gwo Java. Tankou yo di, "vaut mieux tard que jamais." Ce n’est pas peu dire, "ces informations pourraient ouvrir sur le plus grand scandale du siecle…" Dans ces conditions, kontra late met fini. Il y a les bons et les mauvais. Comme quoi les "bons" sont au-dessus de tout soupcon. Vekele.

    A la decouverte du pot aux roses… Vive la democratie! Et dans le cadre de cette meme democratie, un president qu’on assassine sous l’oeil vigilant de Binuh, c’est du show business! Et un presume’ assassin est devenu PM dans le pays des "esclaves mentaux" grace a’ un tweet de Binuh, vive la democratie!

    Mwen te di n sa deja le m te we tibagay ki rele Jovenel Moise tap fe labou te. Sa n ko we, nou fek komanse we Toupatou sou late…

    OQHI

    REPLY