Les contaminations à la COVID-19 en hausse au Royaume-Uni pour la première fois depuis juillet

Les contaminations à la COVID-19 en hausse au Royaume-Uni pour la première fois depuis juillet

Le nombre de nouvelles contaminations à la COVID-19 est reparti à la hausse au Royaume-Uni début septembre, une première depuis la mi-juillet, selon des chiffres publiés vendredi par le Bureau des statistiques nationales (ONS). 
• À lire aussi: COVID-19: payés 500$ par jour pour vacciner à la chaîne
Sur la base d’un échantillon de la population, l’OnS estime que 927 900 personnes avaient la COVID-19 la semaine dernière au Royaume-Uni.
La semaine précédente, 881 200 personnes étaient positives dans le pays, où toutes les restrictions anti-COVID sont levées depuis février et le port du masque est très rare.
Cette hausse des contaminations met fin à deux mois de baisse régulière des nouveaux cas de COVID-19, après un pic de près de 3,8 millions de contaminations mi-juillet.

Dans le détail, les contaminations ont progressé en Angleterre (+766 500) et au pays de Galles (+69 700), tandis qu’elles ont reculé en Irlande du Nord (-22 900) et en Écosse (-98 800), détaille l’ONS.
Peu après la rentrée scolaire, elles augmentent clairement chez les enfants en âge d’aller à l’école primaire (7-11 ans) et dans la tranche d’âge des 25-34 ans, tandis que la tendance est moins claire pour les autres tranches d’âge.
«Il est trop tôt pour savoir si ce renversement de tendance va se poursuivre, et nous continuons de surveiller les données de près pour voir l’impact dans les prochaines semaines du retour des enfants à l’école», a souligné Sarah Crofts de l’ONS, citée par l’agence PA.
Le Royaume-Uni déplore plus de 177 000 morts depuis le début de la pandémie, l’un des pires bilans en Europe.
Plusieurs pays d’Europe connaissent actuellement un regain de contaminations, laissant craindre une nouvelle vague épidémique à la sortie de l’été.

Le nombre de nouvelles contaminations à la COVID-19 est reparti à la hausse au Royaume-Uni début septembre, une première depuis la mi-juillet, selon des chiffres publiés vendredi par le Bureau des statistiques nationales (ONS). 
• À lire aussi: COVID-19: payés 500$ par jour pour vacciner à la chaîne
Sur la base d’un échantillon de la population, l’OnS estime que 927 900 personnes avaient la COVID-19 la semaine dernière au Royaume-Uni.
La semaine précédente, 881 200 personnes étaient positives dans le pays, où toutes les restrictions anti-COVID sont levées depuis février et le port du masque est très rare.
Cette hausse des contaminations met fin à deux mois de baisse régulière des nouveaux cas de COVID-19, après un pic de près de 3,8 millions de contaminations mi-juillet.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans le détail, les contaminations ont progressé en Angleterre (+766 500) et au pays de Galles (+69 700), tandis qu’elles ont reculé en Irlande du Nord (-22 900) et en Écosse (-98 800), détaille l’ONS.
Peu après la rentrée scolaire, elles augmentent clairement chez les enfants en âge d’aller à l’école primaire (7-11 ans) et dans la tranche d’âge des 25-34 ans, tandis que la tendance est moins claire pour les autres tranches d’âge.
«Il est trop tôt pour savoir si ce renversement de tendance va se poursuivre, et nous continuons de surveiller les données de près pour voir l’impact dans les prochaines semaines du retour des enfants à l’école», a souligné Sarah Crofts de l’ONS, citée par l’agence PA.
Le Royaume-Uni déplore plus de 177 000 morts depuis le début de la pandémie, l’un des pires bilans en Europe.
Plusieurs pays d’Europe connaissent actuellement un regain de contaminations, laissant craindre une nouvelle vague épidémique à la sortie de l’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *