L’humoriste ivoirienne Eunice Zunon fait son mea culpa après sa bagarre

L’humoriste ivoirienne Eunice Zunon fait son mea culpa après sa bagarre

L’humoriste ivoirienne Eunice Zunon demande pardon après la publication de plusieurs vidéos devenues virales montrant lui et le rappeur camerounais Tenor, de son nom de scène, en train de se bagarrer dans une pièce.

Lorsque les vidéos, qui datent de plusieurs semaines, ont gagné les réseaux sociaux, les fans pensaient que c’était un buzz, mais certains influenceurs proches des deux stars allaient plus tard confirmer que la scène était bien réelle.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Humblement, je demande pardon », a écrit l’humoriste ivoirienne pour commencer un message d’excuse publié sur ses différentes plateformes officielles, avant de déclarer que ses proches avaient suscité beaucoup d’intérêt pour en savoir ce qui c’était réellement passé.

Avant tout propos, je voudrais présenter à la nation entière, mes sincères regrets et excuses, peut-on lire dans le message d’Eunice Zunon, accusant l’intention de certaines personnes dans la publication de la vidéo pour satisfaire certains desseins inavoués.

Si Eunice a fait son mea culpa, elle pense, en revanche, qu’elle aurait dû épargner ses fans, particulièrement ceux du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, de cette affaire inutile, alors qu’ils sont déjà confrontées à d’autres aspérités socioéconomiques au quotidien.

«Seulement, et cela est une réalité vécue de tous, la vie en couple n’est jamais un fleuve tranquille. Il y a des couacs, des hauts et des bas.
Ce qui, naturellement, peut pousser à l’agacement, au stress et à certaines attitudes pas toujours appréciables», a t-elle fait savoir.

Par ailleurs, elle en a profité pour s’adresser à certains extrémistes qui veulent réveiller de vieux démons en attisant la haine de l’autre pour muer cette affaire en conflit entre Ivoiriens et Camerounais. «Cette affaire doit être circonscrite dans les proportions qui sont les siennes : une scène de ménage. Pas plus», a-t-elle précisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *