Marche contre l’insécurité : André Michel et sa bande de nouveaux jouisseurs, grands absents

Marche contre l’insécurité : André Michel et sa bande de nouveaux jouisseurs, grands absents

Qui l’aurait cru? La bande à André Michel regroupée au sein du secteur dit démocratique et populaire a brillé par son absence à la grande marche contre l’insécurité, ce mardi 29 mars.

En temps normal, sous le règne de Jovenel Moïse disons mieux, André Michel, Nènel Cassy et consorts seraient parmi les voix les plus fréquentes dans les médias à porter avec vigueur les messages de sensibilisation invitant la population à descendre dans les rues, dans ce contexte qui interpelle tous les citoyens. Pourtant, devenus nouveaux bénéficiaires du système qu’ils prétendaient dénoncer, ces entrepreneurs politiques n’étaient pas présents aux côtés du peuple.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Loin d’être une simple décision partisane, cette attitude des prétendus anciens défenseurs de la population doit pousser à une réflexion plus profonde. Il est temps que le peuple sache qui est effectivement à ses côtés, qui défend effectivement sa cause et qui d’autres cherchent bâtir son capital social et politique.

Les leaders du SDP sont l’expression d’une insouciance sans précédent et d’une indifférence accrue, renforcées par la volonté démesurée de satisfaire leurs propres intêrêts au détriment de la cause commune. C’est pourtant grâce à la réalité qui bouge que la population parvient peu à peu à démasquer les trompeurs.

André Michel et ses collaborateurs mesquins du SDP ont malheureusement râté cette noble occasion de s’offrir un bain de foule en cette circonstance particulière de la période d’après-Jovenel. Peut-être qu’ils avaient peur de récolter, sur le terrain, ce qu’ils ont eux-mêmes semé.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *