“Nou pap dòmi” dénonce la volonté du gouvernement de rétablir la dictature en Haïti

Le collectif citoyen engagé « Nou pap dòmi » se dit très remonté contre l’attitude des agents spécialisés de la police nationale qui ont dispersé, une nouvelle fois, un sit-in organisé par cette structure. Selon ce regroupement de citoyens, cet agissement marque une volonté manifeste du pouvoir en place de rétablir la dictature dans le pays.

Le dernier mouvement de protestation organisé par la structure « Nou pap dòm i » pour dire « non a l’insécurité » a été organise le lundi 6 juillet dernier. Les protestataires ont été l’objet de grenades lacrymogènes alors qu’ils protestaient pacifiquement. 24 heures après ce sit-in le groupe « Nou pap dòmi » est revenu sur les moments fors de ce sit-in. Selon les responsables de ce groupe qui ont rédigé une note les policiers qui ont disloqué le sit-in n’étaient pas sur place lors du mouvement de mobilisation. Ils s’y sont présentés a 11 heures lorsque la foule avait commencé a grossit, ont envahit les citoyens, les ont encerclés. C’était un véritable guet-appens a-t-on noté

« Cette attitude « zagoloray » de plusieurs unités de la police : UDMO, BOID.BIM, CIMO entres autres nous révolte » écrivent les responsables de « nou pap dòmi » qui pensent que le pays est dirigé tout droit vers une dictature. Cette volonté de mettre le pays sous le joug de la dictature s’est traduit selon cette structure par la décision de Jovenel Moise de ne pas organiser les élections a temps, de dissoudre le parlement et d’instrumentaliser l’institution policière.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Nou pap dòmi » indexe le chef du conseil de la police nationale, Joseph Jouthe, et le directeur général de la PNH, Normil Rameau, qui « se montrent passif face a des actes de violences enregistrés lors de ces mouvements de mobilisation ». Cette structure renouvelle son engagement de continuer à dénoncer l’impunité et toutes autres actions susceptibles de transformer l’Etat haïtien en un « État-assassint ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *