Nouveau cabinet ministériel : symbole d’un nouvel échec?

Nouveau cabinet ministériel : symbole d’un nouvel échec?

Le pays s’est réveillé avec une nouvelle équipe gouvernementale ayant à sa tête le Dr. Ariel Henry comme Premier ministre. Ce dernier a des prérogatives quasi-illimitées puisque le Palais national est resté orphelin de Chef d’État. En tout cas, même s’il ne porte pas l’étiquette de « grand politicien », le neurochirurgien a peu ou prou de l’expérience puisqu’il a été ministre à deux reprises. Autant dire que l’homme n’est pas un néophyte en terre étrangère. Tant bien que mal, Ariel Henry a, supposément, une certaine idée de l’administration publique.

Mais, qu’en est-il de son équipe? Ici, le doute est permis au regard des têtes qui composent son gouvernement. La majorité des ministres qui constituent le nouveau cabinet sont, politiquement, des inconnus. Des hommes et femmes qui n’ont pas, à s’y méprendre, une connaissance vraie de la « res publica ». À quoi peut-on s’attendre? Personne ne sait, puisque les ministres ne disposent pas, à notre connaissance, d’une feuille de route.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Mais, ce gouvernement n’a-t-il pas pour mission d’organiser simplement les élections? Plaisanterie politique de mauvais goût ! Ceci étant dit, tous les problèmes de la République sont mis en veilleuse en attendant qu’aient lieu les joutes électorales. Qu’il s’agisse du ministre de l’éducation, du titulaire du MJSAC, de celui du MTPTC, ou de celle du MSPP, tous sont appelés à canaliser leurs efforts vers un seul et même but : élections?

En tout cas, en attendant des clarifications de la part du Chef d’orchestre gouvernemental, on ne peut s’empêcher de rire ou de pleurer, suivant sa sensibilité, eu égard à la manière dont les choses se font en Haïti.

Nous tombons de Charybde en Scylla, plus ça change plus c’est la même chose. Ce gouvernement prétendument consensuel et inclusif pourra-t-il délivrer la marchandise? Quelle marchandise? Ces nouvelles têtes inconnues, sans feuille de route connue, incarnent-elles déjà l’échec? Sans faire contre mauvaise fortune bon cœur, accordons-leur à contre cœur le bénéfice du doute !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *