Nu Look à Fontamara : « Nous sommes des musiciens, pas des politiques », tranche Arly Larivière

Nu Look à Fontamara : « Nous sommes des musiciens, pas des politiques », tranche Arly Larivière

Malgré les différentes critiques, la prestation du groupe Nu Look a eu lieu à Fontamara, dans la soirée du dimanche 3 janvier 2021.

Initialement programmé pour le mercredi 30 décembre 2020, le rendez-vous de Nu Look avec ses fans de Fontamara a eu lieu quatre jours après. Certaines informations laissent croirent que ce programme s’est tenu à la demande de Chrisla, accusé comme étant l’un des puissants chefs de gang de la 3e circonscription de Port-au-Prince.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le numéro un de cette formation musicale, Arly Larivière a, du haut de la scène, répondu aux différents commentaires négatifs attribués à ce rendez-vous culturel, notamment sur les réseaux sociaux.

« Nous faisons de la musique, pas de la politique », a dit Arly Larivière. King Arly en a profité pour rappeler que les musiciens haïtiens vivent de ce que leur procurent les prestations.

L’interprète de Confession a, d’un autre côté, souligné que Nu Look est une formation musicale haïtienne qui joue pour tout le monde, sans distinction. « Nous avons 20 ans de carrière grâce aux supports de nos fans », a-t-il poursuivi.

Arly Larivière croit que ces critiques ne vont pas dans le sens de l’intérêts du pays. « Utilisons cette énergie positive au bénéfice du pays. En 2021, Haïti n’en peut plus », a conseillé l’artiste, avec des cris d’approbation du public.

1 comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    5 janvier 2021, 16:46

    Il faut rappeler, un Premier Ministre avait affirmé Haut et Fort, il n’a rien d’anormal de s’entretenir avec des Bandits, parce que ce sont des citoyens Haïtiens. Et je peux le comprendre, le Premier Ministre est en train de servir un Système raciste et antinational qui ne cesse de pondre les Bandits. Pour les besoins de sa cause, à un certain moment, il ne devait pas mépriser les Gangs. Ils font partie des dispositifs du pouvoir. L’insécurité informelle d’État engraisse l’animal. Elle fait Réfléchir les autres bossus de l’opposition et de leur presse.

    La position du musicien ARLY LARIVIERE est très controversée. Il est à se demander si le musicien Lariviere n’a jamais fait référence dans ses chansons de la situation socio-économique et politique du pays. Peu importe, point n’est besoin de dire, seul un "Analfabèt pa bèt" pourrait prendre ARLY LARIVIERE au mot, "nous faisons de la musique, pas de la politique." Tonton BICHA qui s’amuse en faisant de la publicité pour gagner sa vie, tout en restant très distant par rapport à la politique (VEKELE) dwe RI nèt. Sous Martelly, Bicha prenait le Palais comme son moulin. Sous le présumé assassin Privert s’était le tour de Don Kato. Assurément, LARIVIERE ne fait pas partie de ces artistes venant de la planète Mars. Et comme eux, il n’est pas affecté ou concerné par l’insécurité et la Mauvaise Gouvernance du pays.

    De toute façon, M. Laraviere ferait mieux de se défendre d’une autre manière, au lieu de déclarer, "nous faisons de la musique, pas de la politique." Ce n’est pas une bonne manière de se défendre dans un pays où la politique continue d’être l’affaire des Chenapans, des Domestiques… et des Ratés. Plus ça change plus c’est la même chose!

    Somme toute, les Gangs ne sont pas les propriétés des politiciens et de l’oligarchie.

    REPLY