Ocnam Clamé Daméus s’oppose à la libération de Tèt kale

Ocnam Clamé Daméus s’oppose à la libération de Tèt kale

Le commissaire du gouvernement près du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Clamé Ocname Daméus a demandé au directeur de l’administration pénitentiaire, le commissaire Jean Gardy Muscadin de surseoir à l’ordre de libération émis en date du 3 mai 2018 en faveur de St Jean Remilien alias ”Tèt kale”.

C’est le juge instructeur Bredy Fabien qui a ordonné la libération de l’accusé pour ”insuffisance de preuve”.

St-Jean Romélien, alias « Tèt kale », avait déjà été interrogé au cabinet d’instruction, le lundi 23 janvier 2016, pour tentative d’assassinat avec commencement d’exécution, détention illégale d’arme à feu.

Après avoir été incarcéré à la prison civile du Cap-Haïtien pour des raisons de sécurité publique, le juge Fabien a transféré Tèt kale au Centre pénitencier national afin de le mettre à la disposition de la justice.

Le présumé puissant chef de gang de Grand Ravine, connu sous le sobriquet de « Tèt Kale », a été appréhendé le 3 décembre 2016 décembre, par les agents de la police nationale à l`aéroport Toussaint Louverture de Port-au-Prince.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Il avait en sa possession à la fois ses titres de voyage et un passeport haitien muni d’un visa valide.

Le chef de gang « Tèt Kale » à été identifié comme étant le supporteur zélé de l’ancien président Michel Joseph Martelly. On prétend qu’il a aussi de solides contacts dans le camp Lavalas et a l’habitude de recevoir des visites d’officiels ou de candidats parmi les mieux cotés du milieu politique haïtien.

Le nom de Tèt Kale a été aussi cité dans la mort d’un ancien chef de gang Mackenzie François, connu sous le sobriquet Jeneral Kenkenn en juillet 2014.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *