Pamela White doute de la possibilité de tenir des élections en Haïti, appelle à la dissolution du CEP, prône le consensus

Pamela White doute de la possibilité de tenir des élections en Haïti, appelle à la dissolution du CEP, prône le consensus

C’est au cours du déroulement du Congrès américain, tenu ce vendredi 12 mars 2021, que l’ancienne ambassadrice des Etats-Unis en Haïti, entre 2012 et 2015, Pamela Ann White, a fait part de ses doutes quant à la réalisation de bonnes élections dans le pays. Dans ses déclarations, Pamela White a énuméré les principaux problèmes qui font qu’Haïti n’est pas prête, selon elle, pour l’organisation d’élections justes et équitables. C’est pourquoi, elle a proposé aux dirigeants de trouver un compromis afin de sortir de la crise actuelle.

Face à la crise politique et l’insécurité qui paralysent le pays depuis quelque temps, les Etats-Unis s’intéressent de plus en plus à l’organisation des élections législatives et municipales dans le pays. Au cours du congrès américain, le sujet était à nouveau mis sur la table. Et pour l’ancienne ambassadrice Pamela White, il ne fait aucun doute qu’Haïti n’est pas prête à organiser des élections réussies, cette année.

Lors de son intervention, devant le comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants du Congrès américain, ce vendredi, elle a déclaré que le climat n’était pas propice surtout avec “les décapitations, les viols et meurtres qui sont enregistrés tous les jours. Sans omettre, les cas d’enlèvements qui ont beaucoup augmenté”. Elle poursuit en affirmant que le pays est très instable avec les violations des droits humains ; les 4 millions d’Haïtiens qui font face à l’insécurité alimentaire ; la faiblesse du système judiciaire et l’absence du Parlement. Pour elle, il est clairement difficile d’organiser des élections réussies cette année en prenant en compte ces différents paramètres.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

“Je ne crois pas que pour le moment toutes les institutions nécessaires sont en place pour assurer une transition en douceur. Seulement 1,7 millions sur 2.8 millions de cartes ont été émises aux électeurs. Le gouvernement actuel affirme avoir la capacité d’inscrire deux millions d’électeurs par mois, ils sont actuellement loin d’atteindre cet objectif. La décision du pouvoir exécutif de rejeter la précédente banque de données d’enregistrement très respectée était une erreur”, a-t-elle fait savoir.

Un CEP illégitime ?

En outre, l’ancienne ambassadrice a évoqué les problèmes auxquels le Conseil Électoral Provisoire (CEP) fait face actuellement. Il s’agit notamment de sa légitimité vu que la Cour de Cassation avait refusé de permettre aux membres du CEP de prêter serment, sans oublier, dit-elle, l’absence des représentants d’organisations comme l’église et les dirigeants de l’opposition au sein du CEP actuel. “Ne croyez pas que les membres du CEP actuel, nommés l’année dernière, peuvent être considérés comme légitimes”, a-t-elle soutenu.

Pamela White propose au gouvernement de trouver un consensus

Face à cette situation chaotique, l’ancienne ambassadrice a fait plusieurs recommandations dont celle de trouver un consensus comme solution à la crise politique. En effet, Pamela White a proposé le dialogue au gouvernement de Jovenel Moïse . “Il (le président Jovenel Moïse) doit amener les acteurs pertinents à la table de négociation et choisir un personnage très respecté, qui n’appartient ni au secteur privé ni au secteur politique, comme Premier ministre”, a-elle déclaré.

Une autre proposition de Pamela White est la dissolution de l’actuel Conseil Électoral Provisoire et mettre en place un nouveau CEP juridique avec l’accord de tous les acteurs de la vie nationale.

En somme, la mise en place d’un nouveau CEP, d’un gouvernement de consensus et le dialogue sont les changements à opérer avant l’organisation des prochaines élections.

1 comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    13 mars 2021, 01:27

    Au-déjà du jusqu’auboutiste des malfaiteurs de tous les camps (yo tout gen peyi de rechanj), l’ancienne ambassadrice a bien cerné la situation. Et ses propositions sont correctes! La question est de savoir comment mettre les malfaiteurs autour d’une table et arriver à atteindre les différents objectifs dans le sens des propositions de l’ambassadrice. Mat de cocagne…

    REPLY