Politique : Quand la guerre verbale des « frères ennemis » fait tomber des masques

Politique : Quand la guerre verbale des « frères ennemis » fait tomber des masques

Depuis plusieurs jours, une nouvelle page est ouverte dans la politique en Haïti. Des anciens alliés et complices tirent à boulet rouge les uns contre les autres, alors que le pays vit une crise multidimensionnelle dont les conséquences risques d’êtres très néfastes pour la société en général.

Marjory Michel, Michel André, Nènel Cassy, Edmonde Supplice Beauzile, Youri Latortue, des acteurs politiques passés de présentation, offrent aujourd’hui un spectacle de mauvais goût à la société. Ils se lancent dans des accusations pas des moindres, dans le mepris total des vraies préoccupations de l’heure.

Dans l’attaque contre les résidences de Michel André et de Mme Beauzile, Marjory Michel pointe du doigt Nènel Cassy, son ancien camarade du Secteur Démocratique, et le leader du parti Ayiti An Aksyon, Youri Latortue. Des accusations graves, susceptibles de soulever un vrai débat sur la moralisation de la politique en Haïti. Mais ça passe comme une lettre à la poste.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

D’un autre côté, un tweet de Mme Michel et un autre de Mme Beauzile laissent croire que des auteurs d’actes criminels sont protégés par leurs partisans. Sans citer de nom, elles tentent de révéler que parmi leurs anciens amis il y aurait un criminel.

C’est peut-être la seule opportunité à exploiter de cette crise : des visages malhonnêtes couverts de masques d’innocence sont aujourd’hui mis à nu. Il faut tout simplement une société avec des citoyens ayant la capacité de bien saisir le message et d’en faire bon usage dans la réalité.

La politique en Haïti est l’affaire d’hommes immoraux, malhonnêtes et prêts à tout faire pour satisfaire leurs intérêts mesquins ou celui de leur clan, croient des citoyens. Difficile de prouver le contraire face à ces hommes et femmes que la société haïtienne a produits ces dernières décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *