Pour les États-Unis, le mandat d’Ariel Henry n’est pas lié à celui de Jovenel Moïse

Pour les États-Unis, le mandat d’Ariel Henry n’est pas lié à celui de Jovenel Moïse

Alors que des organisations socio-politiques réclament le départ d’Ariel Henry le 7 février prochain, date marquant la fin du mandat du président Jovenel Moïse, pour le département d’État américain la mission d’Ariel Henry n’est pas liée au mandat de Jovenel Moïse, a rapporté le Figaro avec AFP.

« D’un point de vue juridique, le mandat du premier ministre n’est pas lié à celui du mandat du président » a déclaré M. Brian A. Nichols, l’assistant du secrétaire pour les affaires de l’hémisphère occidental du département d’État américain. Ajoutant : « Je ne pense pas que les Haïtiens soient obsédés ou focalisés sur la date du 7 février ».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Il a fait ses déclarations lors d’un échange avec la presse, à l’issue d’une réunion internationale organisée en ligne par le Canada pour discuter de la crise haïtienne.

D’un autre côté, le PM Ariel Henry n’entend pas se retirer et a indiqué dans un message sur Twitter que « le 7 février ne marque pas la fin du mandat du gouvernement qui a la responsabilité d’organiser des élections libres et démocratiques ».

Malgré l’ouverture de dépôts de pièces par le conseil national de Transition pour élire un conseil présidentiel pour diriger le pays, le chef du gouvernement pense que le nouveau président du pays sera démocratiquement élu.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    22 janvier 2022, 16:07

    Après le 7 février 2022, il faut voir comment la Peuplade ou le Peuple va réagir. Un fonctionnaire étranger donne ses appréciations juridiques sur la fin du mandat d’un recéleur d’assassin. C’est dommage, la Transition de Rupture n’est pas pour demain. Je ne crois pas un fonctionnaire Haïtien oserait prononcer même en privé un mot sur l’insurrection au Capitole, le 6 janvier 2020 ou de débattre sur la suite des événements.

    Se gwo bagay wi, lè yon Pèp paka pran desten l an men…

    OQHI

    REPLY