Quand des économistes analysent les forces et les faiblesses du plan de relance post-Covid

Quand des économistes analysent les forces et les faiblesses du plan de relance post-Covid

L’Association Haïtienne des Journalistes Économiques pour le Développement Durable, AHJEDD, pour marquer ses 3 ans d’existence, a organisé une conférence-débat en vue d’analyser les forces et les faiblesses du plan de relance post-Covid lancé par l’exécutif le 11 janvier 2021.

L’objectif du PREPOC est de ramener Haïti rapidement au niveau d’activités économiques qui précédaient le mouvement « peyi lock », de raffermir les entreprises , pour ensuite propulser et maintenir la croissance à un stade suffisamment élevé.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

L’économiste Enomy Germain, dans son intervention, démontre que la prévision de croissance moyenne de 3% n’a rien à voir avec la réalité actuelle de l’économie haïtienne. Il émet également des réserves quant à la capacité de financement du PREPOC 2020-2023 dont le budget s’élève à 347.9 milliards de gourdes. Il a fait remarquer que 88% du financement va dépendre de l’internationale.

Parallèlement, Richard Sérent a parlé des risques socio-politiques qui pourraient affecter le plan PREPOC 2020-2023. Selon lui, l’insécurité et la faiblesse des institutions étatiques sont aussi des handicaps pour ce plan.

Le Coordonnateur Général de l’AHJEDD, Hansy Mars, a qualifié de louable cette activité qui a réuni des spécialistes pour parler des grandes lignes du PREPOC dont des cadres du Ministère de l’Economie et des Finances et des représentants de la société civile notamment le professeur Rosny Desroches.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *