Quand Yvon Bonhomme tacle Jovenel Moïse

Quand Yvon Bonhomme tacle Jovenel Moïse

Monsieur le Président, quand ferez-vous de votre rêve de ” Ti rès la se pou pèp la ” une réalité ?

Voilà la question de l’ancien directeur général du ministère des Haitiens Vivant à l’étranger, Yvon Bonhomme, adressée à Jovenel Moïse dans un récent communiqué de presse dans lequel il a mis une emphase sur le laxisme de certains ministres et directeurs généraux qui font partie du pouvoir.

Le président du parti politique “Patriyòt Rasanble Pou sove Lakay” qui se dit porte-parole des personnes vulnérables et des laissés-pour-compte, au sein de la population, exige un redressement dans la gestion du pays.

“Le Parti politique PARASOL remarque, comme toute la population, le laxisme de la grande majorité des ministres, secrétaires d’État et directeurs généraux proposés et appointés par les partis politiques qui profitent du gouvernement pluriel, sans pour autant lever le petit doigt pour s’engager dans la lutte contre la situation chaotique et grave qui sévit dans le pays actuellement. Tous ces ministres qui jouissent des privilèges que leur fournit leur position, attendent tous la fameuse transition mais ne mettent pas la main à la pâte pour conseiller, aider à trouver des solutions, avancer des idées novatrices qui puissent nous sortir de ce bourbier ” constate Yvon Bonhomme qui croit que ce “genre de comportement malheureusement est toujours la norme dans certains de nos gouvernements”.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le directeur général du MHAVE demande à ces profiteurs et profiteuses de démissionner. “Donnez donc une chance au pays pour qu’il continue son chemin vers le développement. Ou vous faites partie du Gouvernement de manière active, ou vous dégagez pour laisser la place aux vrais patriotes de cette nation” affirme-t-il.

” Monsieur le Président, quand ferez-vous de votre rêve de ” Ti rès la se pou pèp la ” une réalité ? a poursuivi monsieur Bonhomme.

Le PARASOL s’est questionné également sur le fait que les partis politiques qui défendaient le Président Jovenel Moïse à travers les médias avant la formation du gouvernement ne le font plus pour défendre son mandat de cinq (05) ans qui, selon lui, arrivera à terme le 07 février 2022.

3 comments

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

3 Comments

  • Antoine Langomier
    26 mai 2020, 03:35

    Je l’ai dit déjà en maintes fois sur le site, il est trop TARD, "Ti rès la se pou pèp la." Dès le lendemain du 7 février 2017, le président Jovenel Moise devait poser les bases pour sortir dans l’ambiance de la gouvernance Malpropre et Antinational de tous ses prédécesseurs. Jovenel Moise aimait plutôt son confort et d’être un otage de l’oligarchie et de la 50e pourriture des Lambert/Bodeau… et Jacques Sauveur Jean. Jou bare Jovenel Moise tèt kale.
    Le nouveau CORONAVIRUS constitue un allié de circonstance pour Jovenel Moise, en attendant la reprise des hostilités. Bwa Mare…

    L’Observatoire

    REPLY
  • André Joseph
    26 mai 2020, 16:19

    On est habitué à ce genre de revirement de la part de ce bon-homme; qui ne se souviendra pas de son retour spectaculaire contre Aristide en 2004 alors qu’il etait meme le bras de Paul Raymond et le lieutenant de Rene Civil. Il n’est pas à son premier coup d’essaie, c’est un renegard de haut calibre.

    REPLY
    • Antoine Langomier@André Joseph
      27 mai 2020, 04:16

      Il n’est pas plus mauvais que les freres siamois Aristide/Preval! Et par rapport a’ eux, Yvon Bonhomme est encore dans le vendre de sa mere.

      Bonhomme ne fait pas partie de la race , "kapitalis se peche motel," de "l’embargo" et de vive Clinton pour l’occupation du territoire national…. A la verite’, Bonhomne etait en train de servir un homme qui ne laisse pas la voie de la Perdition lavalassienne et du "groupe de Bourdon."

      En resume, Bonhomme a atteint le VIRUS de tous les politiciens haitiens et les OP. Si vous connaissez quelques uns qui sont meilleurs que lui, a’ vous plumes. Je vous remercie par anticipation.

      L’Observatoire

      REPLY