Trafic illégal d’armes : Jean Victor Généus appelle à la collaboration des Etats membres de l’OEA

Trafic illégal d’armes : Jean Victor Généus appelle à la collaboration des Etats membres de l’OEA

Le ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Jean Victor Généus, a pris la parole ce mercredi au Conseil de sécurité de l’Organisation des Etats Américains (OEA). Il a renouvelé l’engagement du gouvernement qui, selon lui, livre une lutte acharnée contre le grand banditisme en Haïti.

Dans son discours, le chancelier haïtien a reconnu que la situation en Haïti est préoccupante, notamment sur le plan sécuritaire. Des gangs armés tuent, kidnappent, volent, violent et la population éprouve des difficultés à vaquer librement à ses occupations, souligne le titulaire du MAEC. Il a toutefois salué les efforts de la Police nationale d’Haïti (PNH) qui, ces derniers jours, mène des opérations dans les fiefs des bandits et les poursuit dans leur dernier retranchement.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« La priorité de l’heure, à côté du dialogue politique, demeure le rétablissement de l’ordre et de la sécurité, conditions nécessaires pour la tenue d’élections générales, le rétablissement des institutions démocratiques et républicaines. Ce qui permettra d’adresser les questions sociales et économiques », croit M. Généus.

Le chef de la Diplomatie haïtienne, a, d’un autre côté, souligné les efforts consentis en vue de couper les sources d’alimentation des gangs en armes à feu. Le problème d’insécurité ne peut pas être résolu sans une lutte contre le trafic illégal d’armes, fait remarquer Jean Victor Généus.

« Dans ce contexte, le gouvernement haïtien invite les Etats membres à supporter ses efforts pour endiguer ce fléau, notamment dans l’esprit de la résolution 2645 du 15 juillet 2022 du conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies qui demande aux Etats d’empêcher l’envoi illégal d’armes a feu en Haïti », a sollicité le ministre haïtien des Affaires étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *