Vaccination des enfants | Une recommandation, pas une obligation

Vaccination des enfants | Une recommandation, pas une obligation

« Rappel important : il est obligatoire pour le parent de prendre un rendez-vous pour la vaccination de son enfant », est-il écrit dans l’entête d’un document envoyé mercredi aux parents du Québec, avec le mot obligatoire écrit en gras. Une note qui a de quoi faire sursauter, mais qui souligne en fait la nécessité de prendre rendez-vous.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

                <div class="datewrapper ">
        <div class="dates">
        <span class="created">
            <time datetime="2021-11-25T18:00:00-05:00" itemprop="datePublished">
                <span class="publicationsDate--type-publication">Publié le 25 novembre 2021 à 18h00</span>
            </time>
        </span>
                </div>
    <div id="socialShare_61a01690f1103" class="socialShare">

<span class="share" data-toggle-class="open" data-toggle-class-target="#socialShare_61a01690f1103">
    <img src="https://static.lpcdn.ca/lpweb/mobile/img/share-icon.png" alt="Partager">
</span>
<ul class="buttons">
<li class="facebook">

</li>
<li class="twitter">

</li>
<li class="linkedIn">

</li>
<li class="copyLink">

    <span class="placeholderCopy placeholderCopy--layout-horizontal">✓ Lien copié</span>
</li>
<li class="print">

</li>
                <div class="author authorModule">
        <img src="https://haiti24.net/wp-content/uploads/2021/11/8d5bafc8-8f1c-11ea-b33c-02fe89184577.jpg" alt="Louise Leduc">
    <div class="details authorModule__details">
                <span class="name authorModule__name ">Louise Leduc</span>
                        <span class="organization authorModule__organisation authorModule__organisation--size-small organization--size-small ">La Presse</span>
        </div>
                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">Contrairement à ce que peut laisser entendre cette missive à double sens envoyée jeudi à des milliers de parents et signée par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, la vaccination des enfants n’est pas obligatoire. </p>

                <div class="visual photoModule">
<figure itemscope itemprop="associatedMedia" itemtype="https://schema.org/ImageObject">
    <picture>
                        <source type="image/webp" srcset="https://mobile-img.lpcdn.ca/v2/924x/6c34d0a465cb3422ae2acbcf41dadd25.webp">
                        <source type="image/jpeg" srcset="https://haiti24.net/wp-content/uploads/2021/11/6c34d0a465cb3422ae2acbcf41dadd25.jpg">
                    <img src="https://haiti24.net/wp-content/uploads/2021/11/6c34d0a465cb3422ae2acbcf41dadd25.jpg" alt class="photoModule__visual" itemprop="contentUrl url">
    </picture>
    <figcaption itemprop="caption">
                        <p class="credit photoModule__caption photoModule__caption--credit">CAPTURE D'ÉCRAN LA PRESSE</p>
                                    <p class="description photoModule__caption photoModule__caption--description">Lettre envoyée par le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal</p>
                </figcaption>
</figure>
                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">Dans les faits, ce qui est incontournable, c’est de prendre un rendez-vous si l’on souhaite que son enfant reçoive le vaccin. Interpellé à propos de cette formulation, le ministère de la Santé et des Services sociaux a répondu qu’il allait informer l’équipe responsable des campagnes de ce commentaire. Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, lui, nous a répondu que le document était un «&nbsp;outil pour soutenir les parents&nbsp;» qui reçoivent aussi, dans le même temps, une lettre explicative, précise-t-on. </p>

                <div class="slimcut" id="div_telaria_outstream">
                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">Dans la documentation envoyée aux parents, il est indiqué que le vaccin contre la COVID-19 (qui est aussi offert aux personnes qui n’ont pas de carte d’assurance maladie) «&nbsp;est très efficace chez les 5 à 11&nbsp;ans et hautement sécuritaire&nbsp;». </p>

                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">La Société canadienne de pédiatrie estime aussi que «&nbsp;les bienfaits de la vaccination contre la COVID-19 sont supérieurs à ses risques, et le vaccin est recommandé à toutes les personnes admissibles, y compris les enfants et les adolescents de 12&nbsp;ans et plus. Un risque légèrement plus élevé de myocardite et de péricardite (moins d’un cas sur 10&nbsp;000&nbsp;personnes) est signalé après la vaccination […] surtout chez les adolescents et les jeunes adultes de moins de 30&nbsp;ans, chez les personnes de sexe masculin et après la seconde dose. Même si ce signal relatif à la sécurité est plus fréquent que le taux de base prévu, la plupart des cas sont légers&nbsp;». </p>

                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">La D<sup>re&nbsp;</sup>Anne Gatignol, professeure de microbiologie à l’Université McGill, est elle aussi favorable à la vaccination des enfants. </p>

                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">Avec environ 4&nbsp;milliards de doses injectées à ce jour, note-t-elle, «&nbsp;on a le recul du nombre [de cas]&nbsp;» et on n’a pas à redouter des effets secondaires à long terme. «&nbsp;L’ARN est une molécule très instable […], il reste dans le cytoplasme de la cellule et il ne peut pas aller au noyau. Il ne peut donc pas modifier notre ADN, qui, lui, reste dans le noyau de nos cellules. Il peut encore moins atteindre les cellules germinales [reproductrices]. Il n’y a donc aucun risque d’affecter la fertilité&nbsp;», par exemple. </p>

                    <p class="paragraph textModule textModule--type-paragraph ">La D<sup>re&nbsp;</sup>Gatignol souligne par ailleurs que les rares problèmes cardiaques rapportés chez les jeunes adultes étaient de l’ordre de «&nbsp;réactions inflammatoires qui s’étendent un peu plus&nbsp;». «&nbsp;Je pourrais suggérer de faire l’injection au bras droit, qui est plus loin du cœur, poursuit-elle. Cependant, aucune étude n’a comparé les effets secondaires à la suite d’une injection au bras droit ou gauche.&nbsp;» </p>

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *