Violences en Plaine: Des organisatioms de droits humains montent au crénau

Violences en Plaine: Des organisatioms de droits humains montent au crénau

Des voix continuent de s’élever au sein de la société civile pour dénoncer l’escalade de violences en Plaine et appeler les autorités à assumer leurs responsabilités par rapport à cette situation.

Pour la coordonnatrice de la Commission épiscopale justice et paix (CE-JILAP), Jovelyne Colas, la situation qui prévaut actuellement en Plaine est révoltante. Elle déplore le fait que les habitants de cette zone soient laissés-pour-compte.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

La militante des droits humains dénoncent aussi le silence et la passivité, jugés complices, des autorités par rapport à cette situation. Elle les exhorte à assumer leurs responsabilités.

De son côté, le coordonnateur de Défenseur International, Me Joinet Merzius, ne cache pas sa colère par rapport à la détérioration des actes de banditisme à l’entrée nord de la Capitale. Selon Me Joinet Merzius, cette situation est la résultante de la mauvaise gouvernance au cours de ces dix dernières années. Le défenseur des droits de l’homme, appelle, lui aussi, les autorités à assumer leurs responsabilités.

Des gangs armés la Croix-des-Bouquets se lancent, depuis près de deux semaines, dans des hostilités pour le contrôle de territoire. Ces affrontements ont fait, jusqu’ici, une quarantaine de morts, 68 blessés, selon un deuxième bilan de la Direction de la protection civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *