• Présidentielle au Brésil: Bolsonaro, favori des milieux évangéliques

    Présidentielle au Brésil: Bolsonaro, favori des milieux évangéliques0

    Dernière semaine de campagne présidentielle avant le premier tour de scrutin dimanche (2 octobre 2022). Le candidat de gauche, l’ex-dirigeant Lula fait toujours la course en tête selon les sondages. Le sortant, Jair Bolsonaro peut lui compter sur les voix des milieux évangéliques.

    Si 11 candidats s’alignent au départ, c’est la lutte entre l’ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (47% des intentions de votes, selon le dernier sondage Datafolha) et le président d’extrême droite Jair Bolsonaro (33%) qui accapare l’attention. À une semaine de la présidentielle, le Brésil entre dans la dernière ligne droite d’une campagne électorale ultra-polarisée se résumant à un duel. Le sortant, défenseur des valeurs morales traditionnalistes, qui est sûr d’un bon score dans les milieux évangéliques. Lula s’en est plaint hier (25 septembre 2022), lors d’un rassemblement à Rio, dénonçant « la posture des pasteurs évangéliques ». L’ancien président a déclaré que celui qui soutient Jair Bolsonaro « ne peut pas être un pasteur, ne croit pas en Dieu, ne peut pas parler au nom de Dieu ». Reportage à Rio de Sarah Cozzolino.

     

     

     
    Haïti : face à la pénurie de carburant, les hôpitaux menacés de fermeture
    Il emploie 12 000 personnes dans le nord d’Haïti, le parc industriel de Caracol a fermé ses portes hier (25 septembre 2022), faute de carburant suffisant pour faire fonctionner sa centrale électrique. Des opérations de police ont eu lieu, ce week-end, pour tenter de débloquer le terminal pétrolier de Varreux, aux mains des gangs. Des pénuries qui se sont accrues après l’annonce du Premier ministre d’augmenter les prix des produits pétroliers, et qui menacent à présent les hôpitaux. C’est le cas aux Gonaïves, comme le rapporte le site Rezonodwes, à Port de Paix, et aussi bien sûr dans la capitale, où plusieurs établissements hospitaliers alertent sur de possibles fermetures. À Port-au- Prince, le reportage de Marie-André Bélange.

     
    Réouverture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie
    La cérémonie a lieu ce lundi matin (26 septembre 2022). Les deux hymnes nationaux ont retenti, juste avant que les premiers camions ne circulent sur les ponts qui relient les deux pays, « après 2 595 jours de fermeture », comme le souligne le journal conservateur colombien El Tiempo. Sept années, au cours desquelles beaucoup de choses ont changé, notamment au Venezuela, qui a connu une très grave crise économique et se trouve sous le coup de sanctions américaines.
    À la Une du Journal de la 1ère 
    Les croisiéristes en escale en Martinique et en Guadeloupe pourront bientôt faire du shopping en « duty free ».

    LIRE PLUS
  • Michel Jean, passeur d’Histoire autochtone: «Quand on est autochtone, on n’est pas dans l’histoire»0

    Le festival America a débuté le jeudi 22 septembre 2022 à Vincennes, près de Paris. Jusqu’au dimanche 25 septembre 2022, le public aura accès à des tables rondes, ateliers et projection portant sur les Amériques. Parmi les thèmes abordés dans le festival, la situation des autochtones sur le continent. L’écrivain et journaliste Michel Jean, qui fait lui-même partie de la communauté innue, était l’invité de RFI.

    L’histoire des autochtones reste méconnue des Canadiens. Pas ou peu de cours étudient la question et les peuples des Premières nations eux-mêmes manquent parfois de connaissances sur leurs origines. C’est en partie pour que les jeunes autochtones « aient accès à leur histoire » que Michel Jean a commencé à écrire des romans sur le sujet. L’écrivain, invité de RFI, participe à plusieurs tables rondes au festival America à Vincennes, du 22 au 25 septembre 2022. Il fait partie de la communauté innue, un peuple qui vit au nord-est du Québec et dans la province de Terre-Neuve-Labrador.

    Dans Kukum (2019, édition Libre Expression), par exemple, il raconte, à travers l’histoire de sa famille, la sédentarisation forcée des Innus. « Je voulais aussi que les allochtones, c’est-à-dire les Québécois, les Canadiens, aient le point de vue autochtone sur leur propre histoire puisque ça se passe sur le même continent ». Malgré ce continent, ce pays qu’ils partagent, il y a un fossé, une incompréhension entre autochtones et allochtones.

    Également journaliste, Michel Jean déplore l’absence des autochtones dans les médias : « Quand on est un autochtone, on n’entend jamais parler de soi, on ne se voit jamais nulle part, on n’est pas dans l’Histoire ». Il constate que le traitement des journalistes changent, ces dernières années, mais il manque encore de journalistes autochtones dans les rédactions pour apporter une diversité de points de vue. Mais selon lui, le roman a plus d’impact que le traitement médiatique. « Quand on écrit un roman, le lecteur devient le personnage et ressent ce que le personnage ressent, sans qu’on soit obligé de prouver quoi que ce soit. C’est la grande force de la littérature. Chaque livre peut changer une personne. On peut changer le monde un livre à la fois ».
    Haïti : évasion à la prison pour femmes de Cabaret
    De nombreuses détenues se sont évadées de la prison de Cabaret, seule prison pour femmes du pays, au nord de Port-au-Prince. Presque la totalité des détenues se seraient évadées, d’après les médias locaux. La police, qui tentait d’intervenir sur place, a été stoppée par des tirs de gangs armés. Certains membres des forces de l’ordre auraient été blessés. Cette situation ajoute à la confusion qui règne en Haïti, où les blocages persistent. Certaines villes de province sont coupées du reste du pays. À Hinche, plusieurs personnes ont été blessées par balles dans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, affirme Le Nouvelliste.
    Équateur : une femme tuée toutes les 28 heures
    La presse équatorienne s’inquiète du nombre de féminicides dans le pays. « Une femme est assassinée toutes les 28 heures parce qu’elle est une femme », souligne La Hora. Un autre journal, El Comercio, met en Une la photo d’une femme, Belen Bernal, avocate de 34 ans retrouvée morte. Elle avait été portée disparue dans une école de police de Quito, où elle rendait visite à son mari. Le président Guillermo Lasso a lui-même parlé de l’affaire devant l’Assemblée générale de l’ONU à New York, cette semaine. La semaine prochaine, une commission doit arriver de Colombie pour accompagner l’enquête sur le meurtre de Belen Bernal.

     
    Et à la Une du Journal de la 1ère 
    En Martinique, la CGTM Santé demande la réintégration du personnel non-vacciné suspendu.

    LIRE PLUS
  • «Les Haïtiens manifestent à bon droit» pour la ministre de la Culture et de la Communication Emmelie Prophète0

    La situation était moins tendue en Haïti, mercredi 21 septembre 2022. Des banques ont pu rouvrir à Port-au-Prince, notamment, mais des blocages persistent et le carburant reste presque introuvable.

    Le prix du carburant a augmenté cette semaine en Haïti, alimentant la colère de la population qui subissait déjà une inflation proche des 30% au mois d’août 2022. La hausse du prix du carburant entraîne, par conséquent, celle du prix des produits de première nécessité. Les marchés de la capitale sont donc moins fréquentés, comme le constate Marcelin, un commerçant rencontré par Marie André Bélange : « La marmite de riz local se vend désormais à 200 gourdes contre 150 gourdes. Les gens ne peuvent plus acheter. On ne fait qu’enregistrer des pertes ».

    Mercredi 21 septembre, l’activité était moins paralysée dans le pays. Des banques ont pu rouvrir, notamment. « Depuis quelques heures, ça semble se calmer », affirmait Emmelie Prophète, ministre de la Culture et de la Communication. De passage en France, à l’occasion du festival America, l’autrice et ministre a répondu aux questions de RFI. Au micro de Marie Normand, elle dit comprendre la colère des Haïtiens : « La vie est très, très difficile, la situation de misère est inacceptable, donc les gens manifestent à bon droit ». Sur la situation politique en Haïti, elle déclare : « Il faut que nous retournions à une démocratie formelle. Il n’y a qu’un gouvernement légitime aujourd’hui qui peut prendre des décisions. Une autre transition occasionnerait autant de frustration. La solution aujourd’hui passe par des élections qui vont permettre un retour à l’ordre formel. » 

     

     
    Deuxième séisme en quatre jours au Mexique
    Le Mexique secoué par un nouveau séisme ce jeudi 22 septembre 2022, il s’agit du deuxième en quatre jours. Ce séisme de magnitude 6,9 a été ressenti dans la capitale et dans l’ouest du pays. Il aurait fait deux morts. Le séisme de lundi (19 septembre 2022), survenu le jour anniversaire des tremblements de terre de 1985 et 2017, a fait deux morts.

     
     Au festival America, la littérature de l’urgence d’Antoine Desjardins
    Le festival America débute officiellement ce jeudi 22 septembre à Vincennes, près de Paris. Comme son nom l’indique, il sera question des Amériques, avec des rencontres, des ateliers, des projections sur des thèmes variés, notamment celui de l’enjeu climatique. L’auteur québécois Antoine Desjardins participera à plusieurs tables-rondes sur le sujet. Dans son recueil de nouvelles Indice des feux, publié en janvier 2021 aux éditions La Peuplade, ses fictions abordent la question du climat et des catastrophes naturelles. Pour lui, la littérature « peut explorer le point de vue humain » de cet enjeu devenu majeur : « au lieu d’essayer d’apprendre aux gens, de faire la morale, de dire quoi penser, ce qui est contre-productif surtout en littérature, il faut plutôt se plonger dans des expériences humaines qui sont approfondies ». Il était l’invité du journal d’Haïti et des Amériques sur RFI.

    – Indice des feux (janvier 2021), Antoine Desjardins, Éditions La Peuplade.

     
     Et à la Une du Journal de la 1ère  
    Les maires sont au chevet de leurs populations sinistrées après le passage du cyclone Fiona.

    LIRE PLUS
  • Brésil: les défenseurs de l’Amazonie en péril, «le gouvernement de Bolsonaro est responsable»0

    À dix jours de la présidentielle au Brésil, Lula est toujours donné favori sur le président d’extrême-droite Jair Bolsonaro. Sous son mandat, la déforestation s’est accélérée en Amazonie, menaçant l’habitat des populations autochtones. RFI a rencontré l’un des dirigeants du peuple Guajajara, qui s’inquiète de la déforestation mais aussi des attaques meurtrières qui visent son peuple.

    Le Brésil a enregistré plus d’incendies lors des neuf premiers mois de l’année que sur toute l’année 2021, selon des chiffres publiés cette semaine. Ces incendies sont souvent d’origine humaine, l’objectif est de déboiser pour développer ensuite l’agriculture. L’habitat des peuples autochtones dans la forêt amazonienne se réduit drastiquement à cause de ces feux géants. Pour cette raison, ces peuples suivront de près l’élection présidentielle au Brésil, dont le premier tour se tiendra le 2 octobre 2022. Ce sera le cas pour les Guajajara, qui vivent dans l’État du Maranhao. Ils sont organisés pour protéger la forêt, six d’entre eux ont été tués lors des dix dernières années. Olimpio Guajajara est l’un de leurs dirigeants, il vient de terminer une tournée en Europe pour alerter sur les dangers qui menacent les peuples de l’Amazonie brésilienne : « Les auteurs de ces crimes, ce sont des bûcherons et même certains hommes politiques locaux qui travaillent dans l’exploitation forestière illégale ». Au micro d’Achim Lippold, de la rédaction internationale de RFI, il pointe aussi la responsabilité du gouvernement Bolsonaro : « L’actuel gouvernement est aussi responsable car il favorise, par sa politique de soutien à la déforestation, les violences commises sur notre territoire ».

    En sensibilisant à l’international, Olimpio Guajajara espère susciter des réactions, voire des actions fortes. Un changement de politique, aussi, serait plus favorable selon lui aux peuples autochtones : « Si Lula gagne les élections, nous aurons au moins, j’espère, un dialogue avec le gouvernement », même s’il reconnaît que lorsque Lula était président, : « lui aussi s’est attaqué à notre territoire. C’est sous son gouvernement que la construction du barrage Belo Monte a été décidée ». Ce barrage, situé en pleine forêt amazonienne, est le quatrième barrage le plus important au monde. Il a engendré des répercussions écologiques importantes, en plus de déplacements de population. Pour Olimpio Guajajara, aucun représentant politique ne défend vraiment les intérêts des peuples autochtones.

     

     
    Haïti : avec la pénurie de carburant, les livraisons d’eau suspendues
    Haïti restait paralysée par les blocages et les manifestations, mardi 20 septembre 2022. La pénurie de carburant s’accentue. Sans carburant, certains Haïtiens manquent d’eau. Des quartiers entiers n’ont pas d’accès direct à l’eau et dépendent des livraisons. Et forcément, sans essence, les camions ne peuvent pas transporter les bidons d’eau. Les Haïtiens doivent donc se débrouiller : aux Gonaïves, certains puisent de l’eau non potable dans la réserve d’un hôtel : « On utilise cette eau uniquement pour faire la vaisselle, nettoyer la maison ou faire la lessive, explique une Haïtienne au micro de Ronel Paul. Nous avons ce problème d’eau depuis la pénurie de carburant. »

    L’eau potable est encore plus difficile à trouver. Des files d’attente s’étirent devant l’usine de traitement de l’eau, qui vend des bidons. Certains Haïtiens, en plus de marcher des heures pour accéder à ces points de vente, doivent en plus attendre leur tour dans la queue : « On ne peut trouver ni eau ni nourriture dans ce pays, s’impatiente Guerline, maintenant, pour acheter un bidon d’eau, il faut marcher des kilomètres. Où allons-nous dans ce pays ? ». À ces pénuries de carburant et par conséquent d’eau, de nouvelles émeutes pourraient éclater. Déjà, mardi 20 septembre 2022, des scènes de pillage se sont déroulées dans les locaux de l’ONG Acted à Jérémie, d’après Le Nouvelliste.

     

     
    Venezuela : l’ONU dénonce des crimes contre l’humanité
    Les services de renseignement du Venezuela et les services du contre-espionnage militaire commettent des crimes contre l’humanité pour réprimer l’opposition, affirme un rapport de l’ONU. Le rapport compile 122 cas de tortures, violences sexuelles et autres traitements qualifiés de dégradants ou inhumains. Marta Valinas, présidente de la Mission d’enquête indépendante de l’ONU sur le Venezuela, affirme que les ordres ont parfois été donnés par le président vénézuélien lui-même : « Dans certains cas, les ordres venaient directement du président du Venezuela. Il s’agissait de surveiller certaines personnes, puis les mettre en détention et enfin, les soumettre à des traitements que l’on peut qualifier de tortures. On parle de détention arbitraire, de disparition forcée, d’actes de torture, tels que des violences sexuelles perpétrées contre ces individus ».

     
     Et à la Une du Journal de la 1ère 
    Quatre jours après le déluge déversé par la tempête tropicale Fiona, le ministre délégué aux Outre-mer arrive, ce mercredi 21 septembre 2022, en Guadeloupe.

    ► À lire aussi : Tempête Fiona: l’état de catastrophe naturelle sera reconnu en Guadeloupe.

    LIRE PLUS
  • Poursuite des blocages en Haïti, la livraison de carburant retardée

    Poursuite des blocages en Haïti, la livraison de carburant retardée0

    Nouvelle journée de manifestations et de blocages en Haïti, lundi 19 septembre 2022, malgré les appels au calme lancés dimanche 18 septembre par le Premier ministre Ariel Henry. Les distributions d’essence et de diesel, promises par le gouvernement provisoire, se font toujours attendre.

    L’appel au calme d’Ariel Henry n’a pas eu l’effet escompté : de nouvelles manifestations ont eu lieu lundi 19 septembre 2022 en Haïti. Le Premier ministre par intérim, qui s’est exprimé dimanche soir, a maintenu sa décision sur la hausse du prix du carburant. Il avait également déclaré que les scènes de pillage n’avaient rien à voir avec le carburant ; il a dénoncé plutôt des méfaits de gens armés et d’organisations internationales. Des propos qui ont choqué certains Haïtiens, comme Frantz Mon Fils, au micro de Ronel Paul : « Il considère la population, surtout les jeunes derrière leurs barricades, comme des voleurs. Un jeune revendique de meilleures conditions de vie, des universitaires réclament de meilleures conditions d’apprentissage, des professeurs et toutes les couches de la société se soulèvent et il les qualifie de gangs ».

    Les livraisons de carburant prennent aussi du retard. « La route menant au centre de stockage en périphérie nord de la capitale est toujours barricadée, des tranchées ont aussi été observées sur cette voie », détaille Gotson Pierre, directeur de l’agence haïtienne. « Le problème de sécurité se pose aussi pour des distributeurs », affirme Gotson Pierre, qui indique que des attaques ont été signalées contre des pompes à essence, avec d’importants dégâts matériels.

    De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, déclarait à RFI dimanche 18 septembre qu’il fallait « une force robuste capable de mettre fin à l’action des gangs ». RFI a obtenu des précisions, lundi (19 septembre), sur ces propos. Ce dernier précise qu’il faisait référence à un processus en cours depuis le mois de juillet 2022, lorsque le Conseil de sécurité de l’ONU lui a demandé d’organiser des consultations avec le gouvernement haïtien et d’autres pays. Se pose toujours la question de savoir quelle forme pourrait prendre ce soutien renforcé.

     

     
    Mexique : fort séisme de magnitude 7,7
    L’ouest du Mexique et la capitale ont été secoués par un séisme important de magnitude 7,7, lundi 19 septembre 2022. C’est la troisième fois que le pays est frappé par un séisme un 19 septembre, les fois précédentes, c’était en 1985, puis en 2017. Une personne a été tuée dans l’État du Colima, dans l’Ouest. Aucun dégât majeur n’a été constaté pour l’heure. Le précédent séisme remonte à septembre 2021, au sud-est d’Acapulco, qui avait fait aussi un mort et endommagé des bâtiments.

     
     Mexique : une brigade anti-feux pour combattre les violents incendies
    De nombreux incendies se sont déclarés ces dernières semaines au Mexique, plus de 660 000 hectares sont partis en fumée. L’été a été brûlant, notamment dans le Nuevo León, État du Nord-Est, partagé entre le désert et la montagne boisée. Les températures ont souvent atteint les 40 degrés, sans aucune précipitation. Les autorités sont donc sur le pied de guerre, à traquer la moindre étincelle. C’est le travail de la protection civile, chargée de lutter contre les incendies forestiers, chaque année, un peu plus dévastateurs. Une brigade spécialisée a été mise en place dans le Nuevo León… brigade rencontrée par notre correspondante Gwendolina Duval.

     
     Et à la Une du Journal de la 1ère 
    En Martinique, première rencontre citoyenne ce mardi 20 septembre 2022, dans le cadre de la préparation du Congrès des élus.

    LIRE PLUS
  • Circulation: plusieurs  morts dans un accident à Canapé-Vert

    Circulation: plusieurs morts dans un accident à Canapé-Vert0

    Plusieurs personnes ont été tuées cet après-midi dans un accident de la circulation à Canapé-vert. Le drame a eu lieu non loin du sous-commissariat.

    LIRE PLUS

LES DERNIERS ARTICLES