• États-Unis: face aux républicains «l’appel à l’unité de Biden est tombé à plat»0

    Il veut « finir le travail », rendre à l’Amérique populaire sa « fierté » et à la nation divisée son « unité » : Joe Biden, qui envisage de briguer un second mandat en 2024, a livré mardi (7 février 2023) devant le Congrès un discours sur l’état de l’Union qui avait déjà des accents de campagne. Analyse avec notre invité, Corentin Sellin.

    Si l’exercice du « discours sur l’état de l’Union » est généralement un exercice compassé, rythmé par les ovations du parti présidentiel, le démocrate de 80 ans a dû cette fois composer avec les invectives de certains parlementaires de la droite radicale. « Un discours en deux parties assez nettes », analyse le spécialiste des États-Unis, le professeur agrégé au Lycée Carnot de Dijon, Corentin Sellin. « Dans un premier temps, il a lancé un appel à l’unité en rappelant tout ce qui avait été fait avec les républicains, et puis après cette main tendue, il y a eu des huées et Joe Biden n’a pas hésité à moucher les républicains qui le prenaient à partie ». « À mes amis républicains, si nous avons pu travailler ensemble lors des derniers Congrès, il n’y a aucune raison pour que nous ne puissions pas travailler ensemble et trouver un consensus sur des choses importantes lors de ce Congrès », a lancé Joe Biden. Un « appel à l’unité est totalement tombé à plat », selon Corentin Sellin. « Les républicains à la Chambre ne sont plus ceux avec qui il a travaillé ces deux dernières années. Il est face à des républicains qui n’ont strictement aucune envie de coopérer avec lui, qui ont presque de la haine, ils n’ont qu’une envie c’est de le contester », détaille celui qui chronique la vie des États-Unis sur le site LesJours.fr. Et Corentin Sellin de résumer : « c’était un discours qui s’adressait moins aux républicains qu’à son propre camp, il a d’abord cherché à rassurer dans la perspective d’une candidature qui, pour lui et son camp, ne fait plus aucun doute. Il s’agissait de mettre en avant pour son électorat démocrate pourquoi il est le seul et meilleur candidat pour 2024 ».

     
    Au Chili, la canicule attise les incendies meurtriers
    Le thermomètre devrait dépasser les 37 degrés Celsius au moins jusqu’à la fin de la semaine au Chili, et c’est une très mauvaise nouvelle pour les pompiers qui luttent, depuis des jours, déjà contre les gigantesques feux de forêts. Des incendies qui qui font rage dans le centre-sud, depuis une semaine, et en menacent d’autres avec cette nouvelle vague de chaleur. 26 personnes sont mortes et plus de 2.000 autres blessées depuis le milieu de semaine dernière. C’est le bilan le plus meurtrier depuis dix ans. Le site internet Ciper partage plusieurs tribunes de chercheurs, qui pointent notamment l’impact des monocultures de pins et d’eucalyptus, très inflammables qui, depuis la dictature de Pinochet, se sont énormément développées et ont remplacé bien souvent les espèces locales.
    LeBron James devient meilleur marqueur de tous les temps de la NBA
    LeBron James rentre un peu plus dans l’histoire de la NBA. Face à OKC, le joueur américain a inscrit 38 points pour porter son total en carrière à 38 890 unités, pour détrôner Kareem Abdul-Jabba, détenteur du record avec 38 887 points depuis 1984. Il aura donc fallu 20 ans au King pour réaliser pareille performance débutée, le soir du 29 octobre 2003, face aux Kings de Sacramento. Coïncidence ou prémonition ? Toujours est-il que LBJ est désormais roi, tout en haut de la NBA. Mais le record n’aura pas permis aux Lakers de l’emporter (130-133). Les play-offs s’éloignent encore pour les Lakers.

     

     
    À la Une du Journal de la 1ère 
    Face à l’arrivée massive d’algues sargasses et leurs conséquences sur la santé, le CHU de Martinique organise des consultations gratuites toute la semaine.

    ► À écouter aussi : Les sargasses, problème toxique en Martinique.

     

    LIRE PLUS
  • Haïti: le Haut conseil de la transition installé0

    Après les nominations le mois dernier, le Premier ministre Ariel Henry a officiellement installé lundi 6 février les trois membres du Haut conseil de la transition (HCT), issu de l’accord du 21 décembre 2022. Une cérémonie en présence de politiques et de diplomates haïtiens et étrangers.

    Incarné par trois personnalités : Mirlande Manigat, ancienne première dame et ancienne candidate à l’élection présidentielle, Laurent Saint Cyr, qui représentera au sein de HCT le secteur privé, et Calixte Fleuridor, président de la Fédération protestante d’Haïti, le HCT, « mis en place par l’accord du 21 décembre, financé et porté à bout de bras par la communauté internationale », comme le rappelle ce matin la presse haïtienne, aura trois grands chantiers : la révision de la constitution, le renforcement du système judiciaire et la formation du Conseil électoral provisoire. Lors de son allocution Mirlande Manigat a insisté sur le volet apaisement social en faveur des plus vulnérables pour répondre, dit-elle, aux attentes de la population. En ce sens, elle fait appel au Premier ministre Ariel Henry et son gouvernement de s’impliquer dans une démarche en vue de la mise sur pied de programmes d’apaisement social aux bénéfices de la population. Le Premier ministre Ariel Henry a dit reconnaître que la tâche qui attend le HCT ne sera pas facile. L’accord du 21 décembre 2022 appelé aussi « consensus national pour une transition inclusive et des élections transparentes », constitue « une décision unilatérale qui aggrave la crise, ont estimé plusieurs partis politiques, tout en évoquant une absence de consensus entre les différents protagonistes politiques, dans ce contexte de crise politique », écrit le site AlterPresse.  Son rédacteur en chef Goston Pierre souligne néanmoins que la communauté internationale salue l’installation des membres du HCT. Le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (Binuh) dit « encourager toutes les forces vives de la nation à participer à ce processus inter-haïtien, afin de rétablir les institutions de l’État par la voie d’élections libres et justes ».
    Joe Biden et le discours sur l’état de l’Union
    Ce mardi 7 février 2023, les États-Unis s’apprêtent à vivre l’un des rituels majeurs de leur vie politique : le président Joe Biden tiendra ce soir son discours sur l’état de l’Union. Comme c’est la tradition, Joe Biden s’adressera aux élus des deux chambres du Congrès, mais aussi aux Américains qui seront des millions à le suivre à la télévision en prime time. Alors que son mandat arrive à la mi-parcours , Joe Biden en profitera pour vanter son bilan, la présidentielle de 2024 en ligne de mire. Malgré les difficultés dans ses propres rangs, le président a réussi à passer trois lois majeures durant ces deux premières années à la Maison Blanche : un texte sur les microprocesseurs, son plan de rénovation des infrastructures, voté au Sénat avec l’aide de quelques élus républicains, et enfin son plan historique sur le climat, l’Inflation Reduction Act.
    Élections et référendum en Équateur: le président Lasso reconnaît sa défaite
    Le président équatorien Guillermo Lasso a reconnu sa défaite aux élections locales et au référendum du dimanche 5 février 2022. Le président de droite, élu en 2021, a appelé à « un débat large et sérieux, sans dogmes ni idéologies, sur la manière de faire face à la menace que représentent aujourd’hui le trafic de drogue et ses liens avec certains secteurs de la politique ». Selon les résultats, qui ne sont pas tous connus, le mouvement Révolution citoyenne, qui soutient l’ancien président de gauche Rafael Correa, a remporté les mairies de la capitale, Quito, et de la deuxième ville du pays, le port de Guayaquil, plus nettement. Concernant le referendum, selon les derniers résultats préliminaires, établis sur 97% des votes, le non l’a emporté sur les huit questions soumises au vote, qui allaient de l’extradition des équatoriens, à la réduction du nombre de parlementaires.
    À​​​​​​​ la Une du Journal de la 1ère 
    En Guadeloupe, un ancien bâtonnier de l’ordre des avocats et son épouse en garde à vue.

     

     

     

    LIRE PLUS
  • Élections en Équateur: «L’impopularité du gouvernement a été sanctionnée»

    Élections en Équateur: «L’impopularité du gouvernement a été sanctionnée»0

    Le Conseil national électoral prend son temps. Le pays attend toujours les résultats officiels des élections locales et du référendum d’hier (5 janvier 2023). Mais si les premiers chiffres se confirment, le gouvernement du président Lasso s’achemine vers une grosse déconvenue.

    Même si les résultats ne sont pas encore définitifs, la tendance est claire : les candidats de l’ancien président Rafael Correa, condamné pour corruption il y a trois ans et actuellement réfugié en Belgique, s’imposent. Ils ont notamment remporté les mairies et préfectures des deux plus grandes villes et provinces de l’Équateur, la capitale Quito et le port de Guayaquil où la droite était au pouvoir depuis 30 ans. Ils consolident de surcroît leurs positions dans des provinces comme Manabi où ils étaient déjà majoritaires. Un vote sanction contre le président Lasso, très impopulaire, explique notre invité Alexis Medina, maître de conférences en études latino-américaine à l’Université de Franche-Comté. Selon lui, c’est « essentiellement en raison de l’impopularité de ce gouvernement et son incapacité à incarner le renouvellent politique et à résoudre les problèmes économiques et sécuritaires ». Ainsi, face à l’impuissance du gouvernement et des partis traditionnels, « c’est le corresime qui semble incarner une alternative, et un autre parti de gauche, Pachakutik, la gauche indigène, qui a des résultats relativement bons ». Quant au référendum, qui portait sur huit questions allant de la sécurité aux institutions, le non semble en tête. Pour Alexis Medina « le gouvernement est en position de faiblesse et cela révèle que Guillermo Lasso a une assise politique réduite ».
    États-Unis : les baleines à bosse victimes de l’éolien offshore ?
    En deux mois, au moins dix baleines à bosse ont été retrouvées mortes sur les rivages du New Jersey et de New York sur la côte est des États-Unis. Du jamais vu. Les biopsies prélevées sur leurs cadavres sont encore en cours d’analyse. Mais certaines ONG locales n’hésitent pas à avancer des hypothèses. Cindy Zipf est directrice de Clean Ocean Action, une organisation de défense de l’environnement marin met en cause les projets d’éoliennes : « Onze entreprises ont obtenu des permis pour mener des travaux exploratoires pour l’installation d’éoliennes en mer. Des travaux qui nécessitent des géo-technologies et des sonars. Il nous semble possible et plausible que le nombre sans précédents d’entreprises, dont les travaux font un bruit jamais encore atteint en mer, dérangent et désorientent les baleines. ». Les Américains n’ont construit pour l’instant que sept éoliennes en mer. Or, pour atteindre son objectif de baisser d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport à 2005, l’administration Biden a besoin des énergies renouvelables et notamment des éoliennes en mer.
    À la Une du Journal de la 1ère 
    Depuis trois semaines, les algues sargasses déferlent à nouveau sur les côtes de la Martinique.

     

    LIRE PLUS
  • La Bolivie accusée d’ingérence dans la crise au Pérou

    La Bolivie accusée d’ingérence dans la crise au Pérou0

    Les protestations se poursuivent au Pérou contre la présidente intérimaire Dina Boluarte. Des manifestations que l’ancien président de la Bolivie voisine est accusé d’attiser. Cela peut-il tourner à la crise diplomatique entre La Paz et Lima ?

    «Ma démission n’est pas en jeu dans cette situation» : une fois encore, Dina Boluarte, la présidente péruvienne refuse de démissionner alors que le pays est bloqué depuis près de deux mois. Hier (2 février 2023), le Congrès a rejeté, une quatrième fois, l’idée d’avancer la date des élections à décembre 2023, comme elle le demandait, sous la pression des manifestants. Des protestations que la Bolivie voisine, accusée «d’ingérence» dans les affaires internes de Lima, est soupçonnée d’attiser. Un homme, dit-on, serait à la manœuvre : l’ancien président bolivien Evo Morales, au point qu’il est interdit de territoire péruvien. Evo Morales a immédiatement dénoncé une «arrestation illégale» quand l’ex-dirigeant du Pérou Pedro Castillo a été destitué et arrêté le 7 décembre 2022. Il a aussi exprimé son soutien aux manifestants de Puno, région au cœur de la crise sociale. Cette influence d’Evo Morales à Puno dérange l’entourage de  la nouvelle présidente péruvienne, Dina Boluarte. C’est un dossier de Margaux Ratayzyk.

     
    J-2 avant un référendum constitutionnel en Équateur
    Dimanche 5 février 2023, se tiendront des élections municipales, mais aussi un référendum autour de huit questions posées aux électeurs par le gouvernement du président Guillermo Lasso. Encadrer beaucoup plus strictement la création des partis politiques, réduire le nombre de parlementaires, ou encore créer de nouvelles mesures de protection de l’environnement : voici quelques-unes de ces questions qui, si elles sont acceptées, impliqueraient de modifier la Constitution du pays. Mais celle qui fait le plus réagir en Équateur, c’est la proposition qui permettrait d’extrader vers les États-Unis des citoyens soupçonnés d’appartenir à des réseaux de crime organisé, en particulier de trafic de drogue.
    Haïti : les rêves brisés des filles mères
    Quand les grossesses précoces assombrissent l’avenir des jeunes filles. Haïti n’échappe pas au phénomène des filles-mères. Abandonnées parfois par les géniteurs, nombre d’entre elles se voient obligées de quitter l’école pour prendre soin de leurs enfants. En Haïti, hormis les organisations internationales, il n’existe aucune structure qui vienne en aide aux filles-mères. Pas de programme spécifique non plus pour prévenir les grossesses précoces qui mettent en danger la vie des jeunes Haïtiennes. Reprendre leur scolarité afin de redessiner l’avenir, c’est le souhait des deux jeunes filles de Port-au-Prince que Marie-André Bélange a rencontrées.
    À la Une du Journal de la 1ère 
    La collectivité de Martinique a enfin son drapeau.

     

     

    LIRE PLUS
  • Circulation: plusieurs  morts dans un accident à Canapé-Vert

    Circulation: plusieurs morts dans un accident à Canapé-Vert0

    Plusieurs personnes ont été tuées cet après-midi dans un accident de la circulation à Canapé-vert. Le drame a eu lieu non loin du sous-commissariat.

    LIRE PLUS
  • Sortie du livre “Les mains du Premier ministre”

    Sortie du livre “Les mains du Premier ministre”1

    Le livre Les mains du Premier ministre qui trace le bilan de l’ancien Premier ministre haïtien Laurent Lamothe prend la forme d’une conversation entre M. Lamothe et le photojournaliste Philip Holsinger.

    LIRE PLUS

LES DERNIERS ARTICLES