Affaire Georges Floyd: les scènes de violence à Minneapolis se poursuivent !

Affaire Georges Floyd: les scènes de violence à Minneapolis se poursuivent !

Vive tension aux États-Unis, ce jeudi 28 mai, suite à la mort de Georges Floyd, un noir âgé de 46 ans, qui a été tué par un policier lors de son arrestation musclée.

À Minneapolis, dans le Minnesota, malgré la propagation de la Covid-19, l’indignation de plusieurs Américains a conduit à des manifestations violentes suite à la mort d’un homme noir âgé de 46 ans du nom de Georges Floyd par un policier, mardi 26 mai.

Tout en protestant violemment contre cet acte raciste, les manifestants ont laissé libre court à leur colère. Ce qui a conduit à la destruction de matériels d’un commissariat, à des incendies de quelques bâtiments. Malgré les avertissements du chef de la police de la ville du nord des États-Unis qui a tenté de calmer la foule en délire, les forces de l’ordre ont dû avoir recours à des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser la foule.

Dans la soirée du mercredi 27 mai, la famille du défunt s’est prononcé sur cette triste tragédie, exigeant que les policiers soient inculpés pour meurtre.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Car, c’est exactement ce qu’ils ont fait, ils ont commis un meurtre contre mon frère », a affirmé sur la chaîne NBC, la sœur de la victime, Bridgett Floyd.
« J’ai la foi et je crois que justice sera rendue », a-t-elle ajouté, affirmant que le renvoi des policiers n’était « pas suffisant ».

En effet, le même jour, les quatre policiers concernés ont été licenciés. Toutefois, cela ne semble pas suffire pour plus d’un. C’est ce que croit également le maire de Minneapolis, Jacob Frey qui s’est questionné : « pourquoi l’homme qui a tué George Floyd n’était pas en prison ? ». « Si vous ou moi avions fait cela, nous serions en ce moment derrière les barreaux », a-t-il déclaré.

Rappelons que la mort de Georges Floyd a été filmé en direct sur les réseaux sociaux et est survenue, le mardi 26 mai, lors d’une arrestation musclée. On pouvait y voir un policier blanc qui le maintenait plaquer face à terre, son genou sur son cou. Malgré les gémissements de ce dernier qui affirmait ne pas être en mesure de respirer, le policier a longtemps maintenu son genou sur son cou.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *