Agressifs, les policiers sont à nouveau dans les rues

Agressifs, les policiers sont à nouveau dans les rues

Les policiers foulent une nouvelle fois le macadam, ce mardi 09 mars, pour continuer à faire passer leurs revendications, entre autres, le droit de syndiquer et la réintégration des cinq agents du SPNH révoqués.

Des policiers regroupés au sein d’une structure nommée « Fantôme 509 » sont dans les rues, ils se sont réunis au carrefour de l’aéroport, puis ont longé la route de Lalue.

Les agents qui sont pour la plupart en uniforme pratiquent le même mode opératoire consistant à l’utilisation de véhicules privés et publics pour obstruer la voie publique.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Cette nouvelle manifestation est l’initiative de la branche « Fantôme 509 », un groupe de policiers qui disent vouloir venger la disparition des agents morts dans l’exercice de leurs fonctions. Les manifestants exigent la réintégration des 5 policiers révoqués, la reconnaissance par le haut état-major du syndicat et de meilleures conditions de travail. 

Rappelons que le Protecteur du citoyen recommande au haut commandement de la PNH de procéder à une réévaluation du dossier des 5 policiers révoqués (Yanick Joseph, Jean Elder Lundi, Alberson Gros-Nègre et Gédéon Mombrun), dans le cadre d’un recours gracieux qui est conforme aux règlements de l’institution policière.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    11 mars 2020, 02:28

    C’est assez SIMPLE de les réintégrer, BIEN AVANT en procédant par un VRAI DIALOGUE avec Eux. Leurs revendications étaient justes et légitimes. Dans ces conditions, il ne faut pas blâmer seulement les membres du SPNH, mais aussi les responsables à tous les niveaux. Ils laissaient trop pourrir la situation. Diriger, c’est PRÉVOIR, dit-on.
    Les policiers ne doivent pas subir pour les lacunes du Haut Commandement et les autres autorités du pays. Au contraire, le DG de la PNH a un grand Besoin des Compatriotes en vue de l’aider dans ses nombreuses tâches. Atansyon si n ap fè peyi, ils ne doivent pas connaitre le sort de Marie Christine Jeune… et Jean Léopold Dominique. La démocratie n’est pas un vain mot…

    L’Observatoire

    REPLY