Attaque au Bel-air: l’ONU pointe du doigt l’inefficacité de l’État

Attaque au Bel-air: l’ONU pointe du doigt l’inefficacité de l’État

L’ONU a publié, ce mardi 18 février, un rapport sur les événements sans précédent survenus au quartier de Bel-Air du 4 au 6 novembre de l’année dernière.

Élaboré par le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) et le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), ce rapport des Nations Unies, sur les attaques survenues du 4 au 6 novembre 2019 à Bel-Air, a révélé l’inefficacité des autorités haïtiennes à protéger les habitants de ce quartier. En effet, non loin d’être un cas isolé, il est clairement mentionné que la Police était au courant des violations et abus ayant été commis durant ces trois jours. Mais aucune intervention policière n’a été enregistrée.

Selon ce qu’a révélé ledit rapport, “les violations et abus ont causé au moins trois morts, six blessés (dont cinq par balles, y compris une mineure), et entraîné la destruction d’au moins 30 résidences et 11 voitures.”

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Derrière ces attaques, il y a Jimmy Cherizier, alias Barbecue, James Alexander, alias Ti Sonson et Alex, dit Malkonprann, respectivement chefs des gangs de Delmas 6, de la base Krache Dife (Bas BelAir) et de la rue Saint Martin. Par ailleurs, le rapport a indiqué que trois membres actifs de la Police nationale haïtienne (PNH) auraient été impliqués.

Espérant que les personnes responsables seront traduits en justice pour répondre de leurs actes à travers un procès équitable, BINUH et HCDH ont invité les autorités à suivre les recommandations faites dans ledit rapport dans les efforts pour protéger la population haïtienne.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *