Bras de fer entre le rectorat de l’UEH et les responsables de l’EDSEG

Bras de fer entre le rectorat de l’UEH et les responsables de l’EDSEG

Dans le cadre du processus de restructuration de l’École de Droit et des Sciences Economiques des Gonaïves (EDSEG), le Rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) a décidé de ne pas reconnaitre provisoirement les évaluations académiques. En réaction, le conseil des professeurs de l’EDSEG maintient le calendrier des examens.

Dans une note parue ce jeudi 1er octobre, l’Unité de Communication de l’UEH a tenu de rappeler que le « Rectorat ne reconnaitra désormais aucune évaluation académique (examens, concours d’admission, soutenance de mémoire, entre autres) organisée par l’EDSEG avant la prise de fonction de la Commission de Restructuration créée par lettre circulaire du Conseil Exécutif en date du 13 août 2020.

Cette mesure d’interdiction découle d’une résolution adoptée par les responsable de l’UEH le 21 septembre dernier. Trois jours plus tard, une rencontre avait eu lieu entre une délégation de professeurs de l’EDSEG dont l’assistant directeur, Daniel Dupiton, et le secrétaire général, Roland Paphius, et le Conseil exécutif de l’UEH. Un ensemble de mesures y avaient été adoptées après des échanges sur plusieurs points concernant le mode de fonctionnement de l’institution.

Les responsables de l’EDSEG, en réponse à la décision du Rectorat, ont décidé de ne pas faire marche arrière, rappelant que l’EDSEG est une école à part entière et que le Rectorat n’a qu’un contrôle académique.

« Et de plus, la logique humaine n’acceptera jamais que plus de 18 000 étudiants perdent une année académique si bouleversée pour une commission que trois hommes du Rectorat ont choisi de ne pas installer volontiers », ont tranché les professeurs, dans un avis rendu public ce 1er octobre. Ils annoncent la sortie prochaine d’une note de renforcement avec la signature des professeurs.

Notons que la restructuration de l’EDSEG s’inscrit dans la perspective de réforme de l’enseignement du Droit en Haïti.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *