Caducité de la 50e législature: le salaire des parlementaires servira à construire 10 écoles

Caducité de la 50e législature: le salaire des parlementaires servira à construire 10 écoles

Dix-neuf sénateurs et 118 députés quittent le Parlement haïtien qui devient caduc, ce lundi 13 janvier. Le président de la République, Jovenel Moïse, a annoncé que l’argent disponible dans le budget national qui devait servir à payer les parlementaires sera utilisé pour construire et reconstruire 10 écoles publiques dont 4 dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et 6 dans des villes de province.

Un milliard 160 millions 773 mille 776 de gourdes est la somme que devraient empocher les parlementaires du mois de janvier au mois de septembre.

Cet argent sera utilisé pour construire les lycées Jean Jacques Dessalines, Marie-Jeanne, Daniel Fignolé et le lycée du cent cinquantenaire, tous détruits durant le passage du séisme le 12 janvier 2010.

Dans les villes de province le garant de la bonne marche des institutions demande au titulaire du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, de construire les lycées Tertulien Guilbaud , François Capois, Philippe Guerrier, Paul Eugène Magloire situés dans le grand Nord qui sont construits dans des zones liquefiées vulnérables au tremblement de terre.

Jovenel Moïse instruit le ministre Cadet de construire un lycée au Trou du Nord qui jusqu’ici ne compte qu’un seul et un autre aux Perches. Chacun de ses écoles publiques devra coûter 100 millions de gourdes à l’execpetion du lycée Jean Jacques Dessalines qui, prévoit-on, coûtera 200 millions de gourdes.

Jovenel Moïse a pris la décision d’utiliser à d’autres fins l’argent du Parlement après avoir constaté la caducité du parlement à cause de la non tenue des élections de 2019.

Cependant, Jovenel Moïse souligne qu’il n’avait pas la velléité de ne pas organiser les élections, rejetant la faute sur les parlementaires qui n’ont pas voté le projet de loi électorale. Le 12 septembre dernier, Jovenel Moïse mentionne avoir, en vain, convoqué les parlementaires pour voter le projet de loi électorale, soulignant d’autres rendez-vous manqués de ces derniers.

L’organisation des élections en Haïti est un problème réel, selon le locataire du palais national qui appelle les forces vives du pays à engager des réformes qui devront permettre de mieux diriger le pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *