Des universitaires marchent contre le viol collectif d’étudiantes

Des universitaires marchent contre le viol collectif d’étudiantes

Depuis le début de la semaine, cette nouvelle anime les débats sur les réseaux sociaux, les différentes stations de la capitale et les places publiques.

Dans la zone métropolitaine, des étudiantes sont victimes de viols collectifs de manière systématique.

Une pratique qui tend à prendre des proportions de plus en plus inquiétantes.

Le dernier cas survenu le 17 mai dernier, où deux étudiantes de l’Université Quisquéya ont été agressées et violées par des individus armés, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de cette pratique qui ne date pas d’hier.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

L’incident s’est produit aux environs de 7 : 30 du soir à la rue Mont Joli, à Turgeau.

Révoltés, les étudiants de l’UNIQ sortent de leur silence pour dénoncer cette pratique.

Ils anoncent une marche pour ce dimanche, qui devrait partir devant les locaux de la faculté pour aboutir sur la place de la Constitution au Champ de Mars où ils délivreront un message aux autorités.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Emmanuel Stéphane Laurent
    24 mai 2019, 07:28

    C’est un très bon article et je vous félicite!
    Mais je crois qu’il faut établir une différence entre étudiant et universitaire.

    REPLY