Epidémie due au coronavirus dans le monde : le bilan s’alourdit avec plus de 41 000 morts

Epidémie due au coronavirus dans le monde : le bilan s’alourdit avec plus de 41 000 morts

Un hôpital militaire a été installé dans le centre d’événement CenturyLink à Seattle, le mardi 31 mars. Elaine Thompson / AP
La pandémie de coronavirus continue ses ravages sur une planète pourtant largement confinée, avec plus de 41 000 morts, selon un comptage de l’Agence France-Presse (AFP) publié mardi 31 mars. Depuis le début de la pandémie en décembre en Chine, plus de 830 000 cas ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe.
En Italie, pays qui enregistre le plus grand nombre de décès (plus de 12 400 en un peu plus d’un mois), le confinement commence à produire des résultats encourageants, après trois semaines. Mais la péninsule a encore compté 837 nouveaux morts en 24 heures. Deuxième pays le plus endeuillé au monde avec 8 189 décès, l’Espagne redoute toujours de voir submergées les unités de soins intensifs qui travaillent déjà à la limite de leurs capacités.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Italie, la Calabre se prépare à affronter l’épidémie avec les moyens du bord
Une accélération de la propagation enregistrée dans plusieurs pays, comme le Royaume-Uni avec 381 morts supplémentaires. Un adolescent britannique de 13 ans est notamment mort lundi après avoir été testé positif, ont annoncé mardi l’hôpital où il est décédé et sa famille, selon laquelle il n’était atteint d’aucune pathologie sous-jacente. Il s’agit de la plus jeune victime du Covid-19 connue dans le pays.
Deux prochaines semaines « douloureuses » aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le bilan quotidien se rapproche désormais de ceux du Vieux Continent. Selon le décompte de l’université Johns Hopkins qui fait référence, plus de 188 172 cas de contamination par le Covid-19 ont été enregistrés aux Etats-Unis et plus de 3 873 décès. Le nombre de décès continue de s’accélérer, avec 865 morts sur la journée de mardi, un record.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au coronavirus, New York retient son souffle
Donald Trump a prévenu, mardi, les Américains que les deux prochaines semaines seraient « très très douloureuses ». « Nous allons traverser deux semaines très difficiles. »
La Maison Blanche estime que la maladie fera entre 100 000 et 240 000 morts si les restrictions actuelles sont respectées, contre 1,5 à 2,2 millions sans aucune mesure. Sur la base de ces projections, les experts de la cellule de crise américaine ont plaidé pour la poursuite des mesures de confinement partiel ou total pour 30 jours, comme annoncé dimanche par Donald Trump, assurant qu’elles avaient un effet positif.
L’épidémie s’intensifie en Afrique

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

La progression du virus reste certes plus lente en Afrique que dans le reste du monde, et, lundi, le continent comptait encore six pays officiellement épargnés sur 54 (Soudan du Sud, Burundi, Sao Tomé et Principe, Malawi, Lesotho et Comores). Mais les experts ont à plusieurs reprises mis en garde contre sa vulnérabilité.
Deux premiers décès liés au nouveau coronavirus ont été enregistrés au Congo-Brazzaville, qui entre en confinement à partir de minuit pour 30 jours, tandis que la République démocratique du Congo voisine a franchi la barre des 100 cas avec onze nouveaux cas confirmés (109).
Lire aussi En RDC, les débuts chaotiques de la riposte contre le coronavirus
Le bilan s’aggrave en Afrique du Sud, mais moins vite que prévu. L’épidémie y a fait 5 morts et contaminé 1 353 personnes. « Le taux de propagation n’est pas aussi important qu’anticipé », a indiqué le ministre de la santé Zweli Mkhize, sur Twitter. « Nous observons la tendance. Nous avions anticipé [à ce stade] un nombre de 4 000 à 5 000 cas mais nous ne l’avons pas atteint. »
Le Burundi a, lui, recensé deux premiers cas de nouveau coronavirus, les premiers reconnus officiellement dans ce pays dont les autorités assuraient jusqu’ici qu’il était « protégé par la grâce de Dieu ».
Conséquence de cette épidémie : la croissance économique de la Côte d’Ivoire devrait être divisée par deux, à 3,6 % en 2020, selon le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui a annoncé un vaste plan de soutien économique et social d’un montant de « 1 700 milliards de francs CFA » (2,6 milliards d’euros), soit « environ 5 % du PIB » ivoirien.
Le confinement général, en place depuis le 22 mars, va être prolongé de 15 jours en Tunisie, en dépit de manifestations contre cette mesure qui plonge dans la misère de nombreux travailleurs précaires.
Lire aussi En Côte d’Ivoire, la mise à l’isolement d’Abidjan provoque un retour dans les campagnes
De son côté, l’Ethiopie va reporter sine die des élections générales prévues le 29 août, largement perçues comme une étape cruciale dans la transition politique que tente de mener à bien le premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019.
Le retour des expatriés s’active au Liban

Les autorités libanaises ont fait part de leur intention d’autoriser le retour des expatriés souhaitant rentrer malgré les mesures de confinement adoptées pour lutter contre le nouveau coronavirus, une initiative qui pourrait concerner jusqu’à 20 000 personnes. La ministre de l’information, Manal Abdel Samad, a indiqué que le mécanisme pourrait connaître certains « amendements » dans les deux jours avant d’être définitivement adopté jeudi, selon l’agence officielle ANI.
Une solidarité financière s’organise

Outre les réponses préventives, des mesures financières sont également prises. Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales du G20, qui se sont réunis mardi par visioconférence, ont promis d’aider les pays pauvres à supporter le fardeau de leur dette et d’assister les marchés émergents.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La crise du coronavirus montre que le régime économique et social actuel est mortifère »
L’Europe a affiché sa solidarité en livrant du matériel médical à l’Iran, l’un des pays les plus durement frappés avec 2 898 morts officiellement, via le mécanisme permettant de contourner les sanctions américaines.
Le gouvernement canadien va, lui, investir 2 milliards de dollars (1,3 milliard euros) pour l’achat d’équipement médical alors que des hôpitaux redoutent des pénuries.
Le Monde avec AFP

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *