X

X


Femme au foyer en Haïti entre satisfaction et déception

Femme au foyer en Haïti entre satisfaction et déception

‘’Femme au foyer’’ est un concept utilisé pour désigner une femme dont les principales activités consistent à prendre soin de sa famille.

Souvent, les femmes de cette catégorie sacrifient leur vie pour rendre heureux les membres de leurs familles.

Comment se sentent-elles dans ce rôle ? Haïti 24 a rencontré des femmes aux foyers, ce vendredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des femmes célébrée cette année sous le thème: «Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».

Jenny François habite dans un quartier populaire du pays. A 6 heures elle s’apprête à terminer les dernières tâches ménagères. Elle dit être confortable dans son rôle de femme au foyer. Selon elle, c’est un moyen de s’approcher des membres de sa famille.

D’autres peuvent compter sur le support de leur mari pour les moindres détails.

“Il m’aide à faire la vaisselle, à nettoyer la maison à prendre soin des enfants entre”.

Cependant, Jesulas Moise dit voir son rôle de femme au foyer comme un calvaire puisque son mari la méprise.

“Je suis la première à me lever, la dernière à me coucher, je fais tout pour rendre ma famille heureuse, comme récompense, il me maltraite”, regrette t-elle.

Cette jeune mère condamne le comportement de son conjoint tout en plaidant pour la valorisation de la femme dans la société haïtienne. Pour elle, cette valorisation passe par l’acquisition de l’argent.

Jesulas Moise projette d’aller travailler afin de gagner son propre argent.

Cette démarche contribuera-t-elle à combler le vide de cette dame ? Considérant que des femmes dites ‘’émancipées’’ dans le pays font l’objet de mépris de leur mari.

On se souvient de la mairesse de la commune de Tabarre, Nice Simon, mieux connue sous son nom d’artiste ”Anne” qui a été sévèrement et sauvagement battue par son concubin, Yves Léonard au cours du mois d’octobre dernier.

Environ un mois et demi après, Juslène Jean Charles, une employée de la succursale de SOGEBANK située à Lalue, aurait été battue à mort par son mari.

Depuis ce meurtre, le présumé auteur de l’acte, avocat et professeur Emmanuel Dieujuste, est en cavale. Quant à l’agresseur de Nice Simon, le flou persiste sur ce dossier. Mais, le mandat d’amener émis contre Yves Leonard a été annulé suite à une décision du juge d’instruction du Tribunal de Première Instance de la Croix-des-bouquets, Wando Saint-Vilier, qui avait décidé de transférer l’affaire de Nice Simon, malmenée par son mari par devant le tribunal correctionnel.

Une décision juridique qui avait impliqué une annulation automatique du mandat d’amener émis contre l’agresseur de la mairesse qui est depuis plusieurs mois en cavale.

Ces deux cas montrent que le respect des Droits des femmes en Haïti ne saurait dépasse la question d’autonomie financière.

Plus d’un croit que beaucoup reste à faire pour garantir le respect des droits de la femme dans cette société machiste.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply