Insécurité grandissante: MSF menace de fermer ses portes

Insécurité grandissante: MSF menace de fermer ses portes

L’organisation humanitaire Médecins sans frontières a annoncé qu’elle pourrait interrompre ses activités dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince, à cause de l’insécurité qui bat son plein dans le pays.

En date du 29 janvier, MSF a rendu publique une note dans laquelle elle a révélé que les actes de banditisme pertubent le fonctionnement de l’institution.

«Si les conditions ne sont pas réunies, il nous deviendra difficile de continuer à garantir un accès aux soins dans certains quartiers de Port-au-Prince ou certaines zones du pays», a annoncé ce mercredi Médecins Sans Frontières, soulignant que ses personnels font l’objet de situations d’intimidation liées à l’insécurité grandissante dans le pays.

« En l’espace de quelques semaines et ces derniers jours tout particulièrement, nos équipes et nos patients ont subi des menaces de la part d’individus agressifs à l’intérieur même des structures de santé ou lors de leur passage en ambulance ; nos locaux et véhicules ont été la cible de caillassage ; des menaces ont été proférées à l’encontre de notre personnel par des personnes voulant se faire recruter », a dénoncé MSF.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Fort de ce constat, Hassan Issa, chef de mission pour MSF-France en Haïti lance une alerte pour demander aux groupes armés, les manifestants, les forces de l’ordre de respecter la sécurité du personnel médical.

MSF est présent sur le territoire haïtien depuis près de 30 ans.
Ces équipes, souligne la note, ont secouru la population haïtienne durant les moments les plus difficiles notamment lors des violences de 2004, du tremblement de terre de 2010, de l’épidémie de choléra ou de l’ouragan Matthew.

Depuis quelques mois, le pays connaît un regain de l’insécurité. Les actes de banditismes se multiplient entraînant son lot de victimes. Au plus haut niveau de l’État, le président de la République, Jovenel Moïse, a annoncé que des mesures seront prises pour enrayer ce phénomène.

3 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

3 Comments

  • Jacques Antoine
    11 juin 2020, 11:47

    Commentaire *

    REPLY
  • Gertrude Antoine
    13 juin 2020, 12:58

    Commentaire *

    REPLY
  • Jacques Antoine
    13 juin 2020, 12:59

    Commentaire *

    REPLY