Introduction du choléra en Haïti : 10 ans après, l’ONU promet d’éradiquer la maladie et d’assister les victimes

Introduction du choléra en Haïti : 10 ans après, l’ONU promet d’éradiquer la maladie et d’assister les victimes

L’épidémie du choléra a fait son apparition sur le sol haïtien en 2010, 9 mois après le tremblement de terre tragique qu’a connu le pays. L’ONU a reconnu sa responsabilité dans l’introduction du choléra en Haïti en 2016. Quatre ans plus tard, les Nations Unies expriment leurs plus profonds regrets et leur tristesse face aux souffrances des Haïtiennes et des Haïtiens qui ont été touchés par le choléra ainsi que leurs sincères condoléances à toutes celles et à tous ceux qui ont perdu un être cher à cause de ce fléau, tout en réitérant leur engagement de poursuivre les efforts de la communauté internationale pour faire disparaitre cette maladie d’Haïti et apporter un soutien des plus nécessaires aux communautés qui ont été les plus durement touchées par cette terrible maladie.


 
Pour honorer cet engagement, les Nations Unies appellent tous les États-Membres à appuyer financièrement la nouvelle approche du Secrétaire général face au choléra, avec un soutien spécifique aux victimes du choléra.

 » Ce n’est qu’avec le soutien unifié du monde que ce terrible chapitre de l’histoire d’Haïti pourra être clôturé dignement », a souligné l’ONU dans une note datée du 21 octobre.
 
Cet anniversaire, selon l’ONU, offre également l’occasion de réfléchir aux efforts conjoints du peuple haïtien, du système des Nations unies et de la communauté internationale dans son ensemble pour lutter contre le choléra en Haïti.

Suivant le cadre d’un plan unifié, l’organisation planétaire dit avoir lutté aux côtés du peuple haïtien contre le choléra et se vante des résultats.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

 » C’est grâce à ce combat inlassable, mené par les Haïtiens, que la journée d’aujourd’hui n’est pas seulement une journée de souvenir et de réflexion, mais aussi une journée pour prendre acte des progrès réalisés ainsi que du fait qu’il n’y a pas eu un seul cas confirmé de choléra sur l’ensemble du territoire depuis près de deux ans – une première depuis le début de l’épidémie « . « De manière encourageante, les mêmes systèmes qui ont été mis en place pour lutter contre le choléra, en particulier les systèmes de surveillance épidémiologique, sont maintenant également utilisés pour lutter contre la COVID-19 « .

Haïti sera déclarée exempte de choléra par l’Organisation Mondiale de la Santé après avoir atteint trois années consécutives sans l’apparition de nouveaux cas, a rapporté l’ONU qui souligne que « bien que les deux tiers du chemin aient été parcourus, aucun effort ne doit être épargné pour garantir qu’Haïti reste fermement sur la voie de cette déclaration capitale ».

Les réflexions sur les leçons apprises et leurs possibles applications dans l’action future ne doivent pas nous faire oublier les victimes du choléra en Haïti, indique l’ONU qui reconnaît que beaucoup reste à faire pour soutenir les personnes qui ont été directement affectées, ainsi que les communautés les plus durement touchées.

En ce sens, les Nations Unies informent avoir lancé un processus consultatif avec les communautés pour fournir une assistance matérielle à celles qui en ont le plus besoin.  » Ce programme de soutien aux victimes a été mené à son terme au sein de cinq communautés de Mirebalais et est actuellement mis en œuvre dans vingt communautés supplémentaires dans le nord du pays », a noté l’ONU.

D’après l’ONU, la mise en œuvre de ce programme garantie que « dans chacune de ces communautés, les victimes sont habilitées à identifier leurs priorités, à développer des programmes communautaires qui y répondent et, finalement, à mettre en œuvre lesdits programmes en partenariat avec l’ONU ».

Au total, les Nations Unies espèrent mettre en œuvre cette approche centrée sur les victimes dans les 136 communautés les plus durement touchées à travers le pays.

Étant dépendantes de leurs États Membres pour fournir des contributions volontaires pour ces interventions, les Nations-Unies appellent le monde entier à ne pas oublier le peuple haïtien et à mettre fin à ce fléau une fois pour toute.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *