Jovenel Moïse cité au correctionnel, une audience reportée

Jovenel Moïse cité au correctionnel, une audience reportée

Le tribunal correctionnel a reporté à la huitaine, la reprise de l’audience relative à la plainte déposée par des sénateurs contre le président de la République pour abus d’autorité et violation de l’article 148 du code pénal.

L’un des plaignants, l’ancien sénateur Jean Renel Senatus, dit espérer que la justice dira le mot du droit dans le cadre de cette affaire, arguant que personne n’est au-dessus de la loi.

En ce sens, l’ex-parlementaire estime que le président Moïse aura à répondre, même après son mandat, des accusations qui lui sont reprochées.

De son côté, Me Reynold Georges, l’un des avocats du conseil de défense, qualifie son collègue de la basoche de menteur expliquant que le président Jovenel Moïse n’a nullement commis d’abus d’autorité ni de violation de l’article 148 du code pénal, comme le prétend Jean Renel Senatus.

« Les parlementaires sont eux-mêmes responsables de ce vide institutionnel », croit savoir Me Georges qui en veut pour preuve le refus de ces deniers de voter le projet de loi électorale.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *