La raison de la révocation de Miradin Morlan à la tête de la DGI enfin connue !

La raison de la révocation de Miradin Morlan à la tête de la DGI enfin connue !

Depuis plusieurs semaines, la Direction Générale des Impôts (DGI) est dans l’incapacité totale de délivrer les nouvelles plaques d’immatriculation de véhicules aux automobilistes et ne dispose pas d’hologrammes pour les permis de conduire. Chauffeurs et propriétaires de véhicules font le va-et-vient au bureau central de la Direction Générale des Impôts, mais sans succès.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Selon une source proche de l’exécutif, l’ex-directeur général Miradin Morlan, qui a occupé ce poste pendant 6 ans, a signé un contrat avec un proche d’un ancien président de la République, évalué à plusieurs millions de gourdes pour l’acquisition de nouvelles plaques d’immatriculation, à l’insu du président de la République, Jovenel Moïse et du premier ministre Joseph Jouthe.

Cette firme a empoché l’argent depuis plusieurs mois et n’a toujours pas honoré son contrat envers la DGI. Les automobilistes, qui payent les frais, sont dans l’incapacité de retirer leurs plaques d’immatriculation.

En conséquence, Miradin Morlan a été révoqué par le président de la république Jovenel Moïse et remplacé rapidement par Jean Emmanuel Casséus qui a été installé, le 29 octobre 2020, à la tête de la Direction Générale des impôts (DGI).

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    5 novembre 2020, 21:01

    Le sieur Miradin était loin d’être un MORT-LENT! Il avait mis ses supérieurs hiérarchiques à l’épreuve, et particulièrement le PM. Dans son Tafia, ce dernier n’avait pas marqué d’évoquer un pays "Fictif," Miradin qui n’est Mort-Lent ne tardait pas à le prendre au mot. Kot sa nou paka konprann nan. Bien entendu, si nous ne sommes pas des Amnésiques. Se MALADI plis pase 95% Ayisyen soufri!

    Dans un pays "FICTIF," dans la logique de Miradin, le proche de l’ancien président a beaucoup plus d’autorité que ses "supérieurs hiérarchiques." Dans un pays d’IMPUNITÉ, Kabrit finn pase deja, fèmen Baryè n’a aucune importance. Le "Garant" des institutions ne peut que constater les dégâts, "cette firme a emporté l’argent depuis plusieurs mois et n’a toujours pas honoré son contrat envers la DGI."

    Le nommé Miradin et son patron (le proche de l’ancien président) sont au-dessus de ceux qui sont à la tête d’ "un pays qui n’existe même pas sur du papier." L’intrépide Mort-Lent prenait aussi l’ancien Bâtonnier Monferrier Dorval au mot, "le pays n’est pas dirigé, ni administré." Miradin pa egare, à la BELLERIVE, Bingo!

    REPLY