L’économie haïtienne en 2019, une catastrophe

L’économie haïtienne en 2019, une catastrophe

Selon une analyse économique et financière de l’année 2019 présentée par le Group Croissance, le jeudi 26 décembre, l’inflation est passée de 14,5 à 20,3% de novembre 2018 à octobre 2019. Durant cette même période, la monnaie locale a perdu 30% de sa valeur par rapport au dollar, passant de 71 à 93 gourdes pour un dollar.

La situation de l’économie haïtienne est d’autant plus alarmante qu’aucune richesse n’a été créée en 2019, ce que déplore l’économiste Kesner Pharel soulignant ainsi le taux de croissance négatif de -1,2% que le pays a connu cette année.
De plus, des milliers d’Haïtiens ont vu leur pouvoir d’achat s’effondrer à cause, en très grande partie, de l’instabilité politique qui pèse de tout son poids sur le pays.

‘’Aujourd’hui, on ne peut plus parler d’extrême pauvreté en Haïti. Il s’agit tout carrément d’une situation de misère’’, affirme le PDG du Group Croissance, expliquant que ceux qui étaient vulnérables sont devenus pauvres, les pauvres sont tombés dans l’extrême pauvreté, et cette catégorie fait face aujourd’hui à la misère.

Ce qui aggrave encore plus la situation, c’est que l’argent n’entre pas dans les caisses de l’Etat, alors que ce dernier, paradoxalement, vit au-dessus de ses moyens. Et quand la Banque de la République d’Haïti (BRH) finance le déficit budgétaire engendré par le comportement de ‘’grand dépensier’’ des autorités étatiques, l’inflation se pointe. Sans compter le déficit de la balance commerciale qui a de fortes répercussions sur le taux de change.

Par ailleurs, malgré les efforts consentis par la Banque centrale pour contenir les dépenses de l’Etat à travers le pacte de gouvernance, les arriérés de paiement constituent encore une échappatoire, selon M. Pharel.

‘’Les arriérés de paiement représentent un vrai problème. Prenons le cas de la PNH. Quand les policiers ne touchent pas leur salaire à temps, cela crée chez eux la non-motivation qui favorise, conséquemment, l’insécurité’’, démontre l’économiste.

En dernier ressort, le PDG du Groupe Croissance prévoit une année 2020 on ne peut plus difficile pour l’économie hattienne qui risque de s’effondrer si rien n’est fait pour résorber la crise sociopolitique qui sévit dans le pays.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Kurt
    27 décembre 2019, 19:33

    Great

    REPLY