X

X


Les marchands de blackout à nouveau dans le viseur de Jovenel Moïse

Les marchands de blackout à nouveau dans le viseur de Jovenel Moïse

À l’hôtel Hilton, en marge de la 73ème Assemblée générale des Nations unies, le président de la République, Jovenel Moïse a une fois de plus dénoncer, sans les citer nommément, les vendeurs de blackout, bénéficiaires de contrats léonins signés avec l’État haïtien. ‘’Il y a des gens en Haïti qui ont en leur possession une lettre de crédit de quinze (15) ans irrévocable et qui reçoivent tous les mois 10 millions de dollars de l’État’’, a laissé entendre le locataire du Palais national.

Une déclaration faite par Jovenel Moïse pour la énième fois lors d’une rencontre tenue mercredi soir avec la communauté haïtienne établie à New-York.
Dans son intervention, le chef de l’État a tenté de démontrer les difficultés, non l’impossibilité, qu’il y a aujourd’hui de mettre fin à cette aubaine.
‘’Avec 10 millions de dollars empochés mensuellement, un million seulement suffit pour détruire le pays’’, a déclaré sans ambages Jovenel Moïse qui a été ovationné par un public suspendu à ses lèvres.
C’est un secret de polichinelle que depuis plusieurs années, le Trésor public subventionne l’Ed’H à hauteur de plus de 200 millions de dollars chaque année pour lui permettre de faire face à des obligations envers les compagnies indépendantes de production d’énergie électrique (SOGENER, E-Power, Haytrac). Voilà ce que coûtent à l’État haïtien ces trois fournisseurs de courant à eux seuls sur une année, et ce, depuis dix ans. Il s’agit là de fonds en provenance de PetroCaribe.
Qui plus est, ces compagnies qui sont dénoncées par le Président de la République, Jovenel Moïse, comme des ‘’vendeurs de blackout’’, sont bénéficiaires de contrats conclus avec l’État sur une très longue période. Par exemple, la SOGENER, dont Dimitri Vorbe est le directeur exécutif, gagne par mois plus de 14 millions de dollars américains, alors que les centrales Varreux I et Varreux II appartiennent à l’État, même si elles avaient été réparées par ladite compagnie pour un montant de 20 millions de dollars provenant du Trésor public.
De plus, selon une clause du contrat paraphé, la SOGENER bénéficie d’une garantie lui permettant de récupérer directement de la BRH son dû mensuel (12 à 14 millions de dollars), s’il advient que l’État haïtien soit en retard de paiement. Pas seulement! Les fournisseurs d’énergie électrique sont bénéficiaires d’exonération fiscale et douanière totale.
Alors qu’elle est bénéficiaire de clauses léonines, la SOGENER, selon un rapport de la commission de pilotage de la réforme du secteur de l’énergie, de 2012 à 2015 avait une dette envers l’État haïtien dont le montant total était de 154, 084, 985, 52 dollars américains. Quid de cette dette?
Cette compagnie, vendeuse de blackout depuis dix ans, se livre également dans des opérations de surfacturation aux dépens de l’État.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Gui Saint Julien Julien
    27 septembre 2018, 20:36

    C’ est très triste la lecture de ses chiffres entre temps le peuple haïtien meurt de faim.Je me demande si ses gens proviennent des entrailles de une mère.

    REPLY