« L’État fait face à une guérilla, des dispositions seront prises », dixit Michel Lapin

« L’État fait face à une guérilla, des dispositions  seront prises », dixit Michel Lapin

Le Premier ministre nommé, Jean Michel Lapin, se dit conscient de la remontée de l’insécurité qui prévaut dans le pays.

Le chef du gouvernement a fait savoir que le Conseil Superieur de la Police Nationale a organisé, ce mardi 16 avril, une rencontre spéciale en vue de trouver une solution. Plusieurs dispositions seront adoptées, a-t-il annoncé.

« L’État fait face à une guérilla », c’est la déclaration choc du Premier ministre nommé pour expliquer la remontée de l’insécurité dans le pays.

Des tirs sporadiques ont été entendus au moment où Jean Michel Lapin effectuait le dépôt de ses pièces à la chambre basse. Des groupes armés continuent de s’affronter dans des quartiers chauds situés à proximité des locaux du Parlement.

À sa sortie de la Chambre des députés, ce mardi, Jean Michel Lapin, se dit conscient de la gravité de la situation. “Nous faisons partie de la population. Nous ne sommes pas touchés physiquement mais moralement nous sommes touchés », dit-il.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le chef du gouvernement qui a reçu l’ordre formel du président de s’attaquer au problème de l’insécurité a rapporté que les membres du Conseil Superieur de la Police Nationale se sont réunis, ce mardi 16 avril.

Après cette rencontre, Jean Michel Lapin a conclu que l’État fait face à une guérilla. Signe de l’évolution croissante de l’insécurité en Haïti.

Pour faire face à cette situation, le chef du CSPN a annoncé que des dispositions seront adoptées.

Quand est-ce que la population pourra espérer un climat de paix dans le pays ?

Jean Michel Lapin n’a pas répondu à cette question mettant en avant que les stratégies de combat contre l’insécurité nationale ne doivent être révélées.

Monsieur Lapin annonce des mesures pour freiner l’insécurité. Des organisations de défense de Droits humains dénoncent la passivité des autorités concernées sur ce dossier . Les bandits quant à eux défient la police Nationale d’Haïti et veulent agrandir leurs frontières chaque jour un peu plus. La population est terrorisée, certains habitants en font directement les frais.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *