L’Organisation des Femmes pour l’Avenir d’Haïti plaide en faveur de l’adoption d’une nouvelle Constitution

L’Organisation  des Femmes pour l’Avenir d’Haïti plaide en faveur de l’adoption d’une nouvelle Constitution

Depuis quelques temps, l’adoption d’une nouvelle Constitution fait objet de débats. Plusieurs organismes de droits humains et personnalités publiques se sont prononcés sur le sujet.

 » Il faut une nouvelle Constitution capable de résoudre les problèmes du pays, car celle actuellement en vigueur étant une source d’instabilité et alimente la misère… », déclarent les membres de l’OFANLA.

Devant la misère grandissante de la population haïtienne malgré la tenue des élections et le changement des administrations politiques, aucune amélioration n’a été constatée. Pour l’OFANLA, la loi-mère est l’une des sources du problème. À cet effet, ses membres plaident pour l’adoption d’une nouvelle Constitution et ce, « avant la tenue des prochaines élections à venir ». D’après les dires des membres de l’OFANLA, cette solution permettra d’équilibrer la balance des différentes classes sociales.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langamier
    31 juillet 2020, 02:14

    KONPATRIYOT sa yo ap fè Labou Tè…

    Ces compatriotes n’ont rien compris. Elles viennent à peine d’atterrir sur la planète terre. C’est la constitution qui empêchait à des épicuriens, des ratés et des pilleurs, de créer le Conseil Électoral Permanent. Ils ont des pays de Rechange, L’INFORMEL… et le CHAOS jouent à leur avantage."SHITHOLE" la bon pou yo, se la pou yo fè KOB. Le "juge" Ramoncite Accimé est dans l’impossibilité de démentir…

    Mais OUI, c’est la Constitution qui avait permis au président JOVENEL MOISE de payer des sommes Faramineuses à des Conseillers Électoraux pendant quatre ans sans rien faire! Mais OUI, c’est la Constitution qui avait permis à un certain René Préval de signer des Contrats avec des compagnies d’ "électricité" au détriment de l’État haitien! Puis, Elizabeth Debrosse Delatour Préval est partie prenante dans l’une des compagnies. Conflits d’intérêts.

    Mais OUI, c’est la Constitution qui avait permis au président Jovenel Moise de Mépriser la Résolution du Sénat (octobre 2017), demandant à l’Exécutif (GARANT DES INSTITUTIONS) de convoquer les Compagnies et de Renégocier les Contrats à l’Avantage de toutes les parties. MERCI "pays lock!"

    Ce n’est pas la Constitution qui constitue une "source d’instabilité," comme avait déclaré le FAUX démocrate/raté René Préval. Mais plutôt les politiciens qui refusent de se mettre ensemble pour construire un pays où il fait bon vivre pour tous les Haitiens. Yo pase nan move MOUL. Comme les Dominicains, ils ne savent pas ce qu’est la PATRIE. Les compatriotes de l’OFANLA ont botté en touche.

    REPLY