Normil Rameau promet récompenses et grades aux policiers qui pourchassent les «Fantom 509»

Normil Rameau  promet  récompenses et grades aux policiers qui pourchassent  les «Fantom 509»

Une promotion (grade) spéciale sera accordée à tous les policiers qui auront traqué les criminels notoires y compris les « Fantôme 509 », a déclaré le directeur général par intérim de la police nationale d’Haïti, Normil Rameau, ce vendredi 12 juin lors de la commémoration des 25 ans de la PNH.

« Le groupe Fantom 509 et tous les groupes criminels de la République doivent être des souvenirs pour le pays. Ils seront conjugués au passé. Policiers/Policières, resserrons les rangs, soyons des serviteurs dignes de la République avec toute l’abnégation et les sacrifices que notre métier de policier nous imposent. Une récompense, une promotion (grade) spéciale à tous les policiers qui auront traqué les criminels notoires y compris les 509 Fantom », a déclaré le DG de la PNH.

D’un policier peut-on s’attendre à ce qu’il s’attaque aux biens d’autrui, brutaliser les citoyens qu’il doit servir et protéger, leur voler, violenter, tuer, mettre le feu aux institutions publiques, détruisent les biens de l’Etat, gaspiller le matériel de l’Etat, tirer sur des immeubles publics et privés particulièrement la Direction Générale de la PNH, symbole par excellence de l’Institution policière ? Certainement non ! Faut-il les tolérer, les applaudir, les considérer ? Je suis certain que vous, policiers, vous devez être gênés en cet instant que des individus se disant policiers puissent agir de la sorte et qu’ils puissent appartenir à la PNH. Combattons ces criminels à tout prix !, a lancé Normil Rameau après s’être longuement interrogé.

Pour le numéro un de la police nationale, ceux qui s’attaquent aux biens d’autrui, brutalisent les citoyens qu’il doivent servir et protéger, leur voler, violenter, tuer, mettre le feu aux institutions publiques, détruisent les biens de l’Etat, gaspillent le matériel de l’Etat, tirent sur des immeubles publics et privés particulièrement la Direction Générale de la PNH, sont des « criminels » qui, dit-il, salissent la belle image de la police de 1995.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Des moments d’égarement à tout être humain, mettons-y fin et ressourçons-nous à 95, notre abreuvoir, notre point de départ, plein d’espoir et d’espérance pour recevoir le pardon de la population », a-t-il ajouté.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *