X

X


Une affaire de femme divise le questeur et le président du Sénat

Une affaire de femme divise le questeur et le président du Sénat

Un poste que le sénateur Onondieu Louis, questeur du bureau du Sénat de la République, a confié à une femme renvoie dos à dos celui-ci et le président du corps, Carl Murat Cantave. Au grand corps, la tension était montée d’un cran le jeudi 28 février 2019, tout accès au bâtiment logeant les bureaux des deux hommes était interdit.
Mirlande Georges Casséus, c’est le nom de la femme qui a perturbé les relations entre Onondieu Louis et Carl Murat Cantave.

Mme Casséus qui aurait une certaine liaison avec le questeur s’est vue attribuer par ce dernier le poste de secrétaire générale adjointe aux affaires administratives. La nomination de celle-ci s’est effectuée à l’insu de l’élu de l’Artibonite.

Vexé, Carl Murat Cantave a convoqué une conférence des présidents au cours de laquelle il a été décidé de rétrograder Mirlande Georges Casséus au poste de responsable des cérémonies officielles.

A cette décision, Onondieu Louis a opposé un non catégorique, maintenant ainsi la femme à son poste d’administratrice. Ce jeudi, quand le questeur s’est présenté au grand corps avec son administratrice, M. Cantave a appelé la police.

Les deux hommes ont failli venir aux mains, a-t-on appris. Ce qui a créé une ambiance surchauffée au Sénat de la République pendant plusieurs heures. Au final, Onondieu Louis son ‘’amie’’ ont quitté en toute hâte le Sénat de la République.

Notons que l’administrateur ou l’administratrice du grand corps est communément appelé (e) par les employés ‘’31ème sénateur’’, au regard des privilèges exorbitants dont jouit celui ou celle qui occupe ce poste.  

 

 

 

 

 

3 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

3 Comments

  • Casseus
    1 mars 2019, 16:57

    Vouzan

    REPLY
  • Mme Casseus
    1 mars 2019, 17:20

    Mwen konnen m bouzen e mwen se yon bouzen eklere egri kap megri

    REPLY