Une première journée de classe ratée

Une première journée de classe ratée

Dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, très peu d’élèves ont repris le chemin de l’école, ce lundi 9 septembre.

Les salles de classe étaient quasiment vides dans les établissements publics. Quelques dizaines d’élèves étaient constatés dans les salles des lycées des Jeunes filles, de Jean-Jacques Dessalines et Marie Jeanne.

Certains établissements n’ont pas de bancs, ni de tableaux. Au lycée Maire-Jeanne des ouvriers construisent des hangars qui seront utilisés pour des salles de classes. Le décor montre que l’établissement, toujours logé dans l’ancien bâtiment du ministère de l’éducation nationale à la rue Audin, n’est prêt pour accueillir les élèves.

Au lycée de Jean-Jaques Dessalines aucun travail de réhabilitation n’a été effectué, des bancs sont en très mauvais état. Élèves et enseignants font face à une chaleur étouffante dans les salles de classes. Quelques dizaines d’élèves ont été constatés dans cet établissement scolaire qui accueille plus de mille lycéens par vacation.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Ces lycéens et lycéennes se montrent très critiques à l’égard des dirigeants. Ils accusent le ministre de l’éducation nationale de n’avoir pris aucune mesure pour améliorer leurs conditions d’apprentissage. Ils estiment que l’année académique sera difficile, compte tenu des mouvements de revendications des enseignants.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *