243 morts violents enregistrés au cours de ce semestre, selon la C-JILAP

243 morts violents enregistrés au cours de ce semestre, selon la C-JILAP

Les six premiers mois de l’année 2020 ont été très sanglants, selon la commission épiscopale justice et paix (C-JILAP), qui fait état de 243 morts violents seulement dans la capitale.

La machine infernale de l’insécurité bat son plein dans le pays, principalement à Port-au-Prince. Le pulluement des gangs armés dans plusieurs quartiers de la capitale est la principale source de la recrudescence de l’insécurité en Haïti.

Ce bilan, bien que partiel, traduit l’expression du règne de l’impunité et la criminalité dans le pays.

Selon la C-JILAP, le mois de mai a été le plus sanglant, avec 44 morts violentes.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Pour parvenir à stopper la vague de l’insécurité, la commission archidiocésaine exhorte l’Etat à mettre à la disposition de la PNH des moyens adéquats et doter l’appareil judiciaire de matériels afin de venir à bout des enquêtes diligentées de nature à faire jour sur certains dossiers brulants dont les massacres de La Saline, Mariani.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *