Éditorial: Assistons-nous à la gangstérisation de la PNH?

Éditorial: Assistons-nous à la gangstérisation de la PNH?

Êtes-vous policiers ou gansters? Qui est votre chef? Kris La ou Normil Rameau? Les questions à poser à « nos » agents de l’ordre aujourd’hui sont, admettons le, de nature insultante. Mais, il faut les poser, sans volonté de les offusquer, compte tenu de la voie ténébreuse empruntée par ceux-là dont la mission sacro-sainte est de « protéger et servir ».

En vérité, en vérité, les mouvements policiers assimilables au terrorisme nous conduisent droit vers une nouvelle occupation militaire étrangère !

« Fantom 509 » et alliés font d’Haïti plus que jamais « une entité chaotique ingouvernable ».

Les déclarations de Yanick Joseph, mises en circulation sur les réseaux sociaux, font peur autant qu’elles révoltent. La policière en fonction annonce un assaut contre le plus grand centre carcéral du pays, le Pénitencier national, pour libérer un partisan, Pascal Alexandre. La policière en fonction demande à ses policiers-partisants de lancer au ministre de la justice, Lucmane Delille, un ultimatum de 6 heures pour libérer un « prisonnier »…

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

On se croirait dans un film hollywoodien, mettant en relief l’infaillibile bravoure d’une cheffe terroriste décidée à bouleverser l’ordre républicain.

Non ! Il s’agit bien de la coordonatrice du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH), Yanick Joseph.

Dans l’intervalle, un nouveau syndicat a été créé au sein de la PNH. ANAPOHA, Association Nationale des Policiers Haïtiens.

Balkanisation, gangstérisation, la PNH a résolument abandonné sa vocation. Citoyens de partout, aucun corps légitimement armé ne nous sert ni nous protège !

3 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

3 Comments

  • franky
    15 mai 2020, 12:20

    J’espère que le gouvernement va prendre les moyens pour éradiquer définitivement ces voyous déguisés en policiers. N’y a-t-il pas une limite à toujours dialoguer avec des malfrats, des gangs? On ne doit pas oublier les vrais problèmes en ces temps difficiles: CORONAVIRUS.

    REPLY
  • Carlo
    15 mai 2020, 22:05

    Super et prodigieux texte d’haiti 24

    REPLY
  • Antoine Langomier
    16 mai 2020, 03:32

    Vous parlez de "l’ordre républicain."Au contraire, c’est ce qui fait défaut à notre pays, les institutions républiques ne jouent pas leurs rôles. Elles sont prises en otage par des particuliers. Vous connaissez la réalité. Depuis 34 ans, l’État est en miettes! Il va à l’encontre des théories du sociologue et philosophe MAX WEBER, "il ne détient pas le monopole de la violence physique légitime." Ce qui pousse les GANGS à faire parler d’eux non loin du Palais national en toute impunité.

    L’Observatoire

    REPLY