Election en Pologne : le président sortant Andrzej Duda réélu de justesse

Election en Pologne : le président sortant Andrzej Duda réélu de justesse

Le face-à-face de deux Pologne, rurale et conservatrice d’un côté, libérale et citadine de l’autre, a atteint son paroxysme, dimanche 12 juillet, lorsque les premières estimations de vote, au soir du second tour de l’élection présidentielle, ont abouti à une égalité presque parfaite entre les deux finalistes. A 21 heures, dans un parc situé au pied de la vieille ville de Varsovie, sur les bords de la Vistule, les partisans de Rafal Trzaskowski sautillaient de joie : « On va gagner ! On va gagner ! ». Selon les sondages à la sortie des urnes, le score du candidat de l’opposition libérale et maire de Varsovie s’élevait alors à 49,6 %, contre 50,4 % pour le président sortant, Andrzej Duda, représentant du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS). Chacun sait à ce moment-là que la marge d’erreur autorise tous les scénarios. Une nuit fébrile commence pour les deux camps.

« J’espère me réveiller demain dans une Pologne normale », exulte Filip, 19 ans, en quittant la soirée électorale de la Plate-forme civique (PO, centre droit), le parti de M. Trzaskowski. « L’espoir renaît alors que, depuis cinq ans, la tendance autoritaire paraissait impossible à arrêter », ajoute-t-il, enroulé dans un drapeau européen au milieu d’une assistance particulièrement jeune. Mais lundi matin, sur la base de 99,97 % des bureaux de vote, la Commission électorale annonce 51,21 % pour Andrzej Duda contre 48,79 % à son rival. A 48 ans, le même âge que son concurrent, le président sortant obtient donc un second mandat.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Pologne, le président Andrzej Duda mise sur une ligne dure avant le second tour de la présidentielle
Une campagne particulièrement dure

Sans attendre, dès le début de la soirée, ce dernier avait convié son adversaire à venir au palais présidentiel pour une « poignée de main » censée clore une campagne particulièrement dure, durant laquelle le parti au pouvoir n’a cessé de multiplier les attaques et les invectives. « Merci, a répondu Rafal Trzaskowski, mais pas avant les résultats officiels… »
Le candidat de l’opposition Rafal Trzaskowski s’adresse à ses partisans rassemblés après le 2d tour de la présidentielle, à Varsovie, le 12 juillet.

Le candidat de l’opposition Rafal Trzaskowski s’adresse à ses partisans rassemblés après le 2d tour de la présidentielle, à Varsovie, le 12 juillet. PETR DAVID JOSEK / AP
Pour Andrzej Duda, il s’agit maintenant de reconcilier le pays. Non seulement le PiS n’a pas obtenu le plébiscite qu’il espérait après cinq années de « révolution conservatrice » et de redistribution sociale d’une ampleur sans précédent, mais la fracture entre deux Pologne n’a jamais été aussi visible. La carte électorale de dimanche soir révèle un fossé générationnel – 64,4 % des 18-29 ans ont voté pour M. Trzaskowski, 61,7 % des plus de 60 ans pour M. Duda – et une division profonde entre les villes (66,5 % pour le premier dans les métropoles) et les campagnes (63,2 % pour le second). Le clivage entre l’ouest et l’est du pays est réapparu avec force lors de ce scrutin marqué par une mobilisation record, 68,12 %, en augmentation par rapport au premier tour du 28 juin (64,51 %). Même les Polonais de l’étranger se sont rués vers leurs consulats. A Split, en Croatie, ils étaient des centaines de vacanciers à faire la queue jusque tard pour déposer leur bulletin de vote.
Il vous reste 63.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
AP Haiti24

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *